D’ici trois à quatre jours, les boutiques hors taxes à l’aéroport seront de nouveau attrayantes. C’est ce qu’affirme le nouveau chairman de la Mauritius Duty Free Paradise (MDFP), Rashid Daureeawoo. Il dit avoir négocié ferme ces dernières semaines avec Dufry, principal fournisseur de la MDFP, pour le déblocage des onze conteneurs à la douane depuis le début de l’année. Ce, alors que des irrégularités ont été notées s’agissant du contrat signé entre les compagnies étrangères Dufry et Frydu, permettant à la femme d’affaires Nandanee Soornack de percevoir 4,2 % de toutes les ventes réalisées à la MDFP.
Pour Rashid Daureeawoo, tenant compte que le contrat de la MDFP prend fin en 2016, la priorité de la compagnie est de s’assurer, dans l’immédiat, qu’elle soit profitable et que le public voyageur — touristes et Mauriciens — ait satisfaction à tous les niveaux. Il déclare, cependant, que les différentes clauses de ce contrat de la MDFP avec Dufry et parallèlement Frydu, sont actuellement passées à la loupe, afin de trouver des solutions qui aideront à assainir la situation à la MDFP.
Les négociations ont été serrées, mais concluantes avec Dufry pour la récupération des onze conteneurs bloqués à la douane. C’est ce que laisse entendre Rashi Daureeawoo, disant que d’ici trois à quatre jours, une fois les procédures de dédouanement effectuées et l’approvisionnement dans les onze conteneurs bloqués à la douane terminé, les boutiques hors taxes à l’aéroport seront de nouveau à la hauteur de notre aéroport. Une décision prise par le nouveau board administratif de la MDFP en vue de s’assurer qu’il n’y ait pas de rupture de stock dans les boutiques, dit-il.
En effet, selon les employés, depuis le début de l’année, les boutiques duty free frôlent la catastrophe, les passagers s’offusquant que les produits manquent. Ce, alors que les produits commandés sont à Maurice, dans onze conteneurs, arrivés depuis janvier, mais restés bloqués dans le port. « Certains passagers n’hésitent pas à faire ressortir que les boutiques hors taxes de la MDFP ne font pas honneur à l’aéroport 5 étoiles SSR », racontent les employés. Actuellement, les demandes les plus fréquentes concernent les cigarettes et les boissons alcoolisées, dont la plupart des marques font défaut à Plaisance.
Si, dans un premier temps, il était question, selon nos informations, que la MDFP s’approvisionne auprès des compagnies locales, Rashid Daureeawoo laisse entendre que « nous avions mis en place un plan A, B, C, et heureusement par de sustained négociations avec Dufry, nos conteneurs seront débloqués cette semaine ». Deux autres conteneurs, contenant des « perishable goods » ont, eux, été rapatriés, apprend-on.
Des commissions de 4,2% à Nandanee Soornack
Cette décision d’avoir recours à nouveau Dufry suscite de nombreuses interrogations. Si, dans un premier temps, selon nos renseignements, la direction de la MDFP se refusait à prendre acquisition des onze conteneurs dans le port — du fait qu’il aurait fallu, selon le contrat, régler les commissions de 4,2% sur toutes les ventes réalisées par les boutiques hors taxes à Nandanee Soornack, en ligne avec le contrat liant Dufry à la MDFP à travers la compagnie Frydu (chargée du rôle de facilitatrice pour le compte de Dufry sur la vente des produits de luxe par la MDFP) — l’urgence dans les boutiques hors taxes aurait contraint le management à décider autrement. Rashid Daureeawoo précise que « notre contrat avec Dufry s’étale jusqu’en 2016. Nous ne pouvons pénaliser la compagnie et, surtout, les passagers. Notre priorité est de nous assurer que les boutiques hors taxes disposent de tous les produits, à l’image d’une véritable Paradise shop ». Il confirme cependant que la MDFP compte des dettes de plus de Rs 350 millions envers Dufry. Mais, actuellement, les hommes de loi de la compagnie mauricienne analysent les différentes clauses du contrat avec Dufry, en vue de revenir à une situation « saine dans les boutiques hors taxes ».
Viren Coomaren, le HR, Out
C’est aussi dans cette optique que le Directeur des Ressources humaines, Viren Coomaren, dont le nom avait été cité dans l’enquête initiée sur le détournement des produits de la boutique hors taxes et dont la proximité avec l’ancien Premier ministre Navin Ramgoolam n’est un secret pour personne, a été congédié cette semaine. Concernant le poste de CEO de la MDPF, laissé vacant par le Serbe Simo Carvéric, qui a quitté Maurice dans la précipitation en février, le conseil d’administration de la compagnie devrait se pencher dessus cette semaine. Pour Rashid Daureawoo, si Simo Carvéric a pris un congé, le fait qu’il n’est pas repris son poste indique qu’il y a eu rupture de contrat. Un autre représentant de Dufry s’était, par ailleurs, positionné pour ce poste, mais le management de la MDFP n’aurait pas donné son aval selon nos informations. Il est question de reconsidérer la direction de la MDFP, apprend-on, et la question de remplacement de Simo Carvéric sera discutée cette semaine.
En attendant, le conseil d’administration a pris la décision de revoir la répartition des pouvoirs et des responsabilités avec le personnel existant, en vue d’un meilleur fonctionnement de la compagnie. D’ailleurs, le board administratif a rencontré cette semaine les représentants du syndicat. Plusieurs questions auraient été abordées lors de cette réunion, apprend-on, et le management reste à l’écoute des employés dont les demandes pour leur compensation salariale demeurent en suspens depuis plusieurs mois. Cependant, la priorité du moment, affirme Rashid Daureeawoo, c’est que les boutiques hors taxes reprennent des couleurs et deviennent profitables.