Il pouvait à peine cacher sa déception lorsque Surprising Dream se fit battre au poteau lors de la 20e journée pour ensuite être rétrogradé à la 4e place pour avoir gêné un autre concurrent à un moment crucial de l’épreuve. Rye Joorawon s’est racheté de fort belle manière, samedi dernier, sur ce même coursier pour offrir à Shailesh Ramdin sa première victoire. Au final c’est avec un doublé que le Mauricien a bouclé sa journée après qu’il eut mené à bon port la nouvelle unité de l’écurie Foo Kune, Roman Manner dans The Gunness Gujadhur Cup. Il porte ainsi son capital de victoires à 14, soit le même nombre que Jeanot Bardottier avec qui il partage le fauteuil de leader chez les Mauriciens.
« Comme je vous l’ai dit la fois dernière, la défaite de Surprising Dream m’avait laissé un goût d’inachevé, car j’avais tant voulu offrir à l’écurie Mahess Ramdin sa première victoire de la saison. Mais je savais que ce n’était que partie remise car cette victoire allait tomber tôt ou tard. Je suis très heureux d’avoir permis à Shailesh Ramdin de sortir des starting blocks et j’espère que cette victoire en appellera d’autres », a d’emblée déclaré Rye Joorawon à sa sortie de la jockey’s room. « Vous savez, ce n’est pas facile pour un entraîneur de passer autant de journées sans victoire. L’écurie Mahess Ramdin n’a certes pas un gros effectif, mais il y a trois ou quatre chevaux qui se valent et qui lui seront d’une certaine utilité d’ici à la fin de la saison », a-t-il laissé entendre.
Revenant à la victoire de Surprising Dream, notre interlocuteur a affirmé qu’il lui accordait une bonne chance sur sa dernière course, mais que c’est un coursier difficile à piloter. « Mon intention était de m’asseoir en deuxième position mais personne n’est venu nous disputer le commandement. J’ai donc pris mes responsabilités. Toutefois, c’est un cheval qui a tendance à regarder partout, à s’arrêter et à perdre sa concentration. Du reste, en entrant dans la dernière ligne droite, il a pris peur en voyant les stalles qui étaient garées au poteau des 1365m. Pour vous dire que j’ai dû sortir le grand jeu pour qu’il garde la tête au travail. Ce n’est lorsque les autres sont revenus sur lui qu’il est reparti », devait dire Joorawon en guise d’explication.
« Roman Manner pas encore à 100% »
Le Mauricien réalisa son doublé dans l’épreuve phare lorsqu’il mena à la victoire Roman Manner, de l’entraînement Foo Kune. Ce cheval, qui était à ses débuts sur notre turf, ne laissa pas indifférent pour sa première au Champ de Mars en établissant un nouveau class record pour la catégorie. « Pour une première au Champ de Mars, il fallait le faire », s’est réjoui Joorawon. « Il avait bien travaillé à l’entraînement mais n’était pas encore à cent pour cent de ses moyens. D’ailleurs, sa robe n’était pas jolie à voir dans le rond de présentation. Le style dans lequel il s’est imposé laissé à penser qu’il devrait encore faire parler de lui d’ici à la fin de la saison », a laissé entendre notre interlocuteur.
Passant en revue quelques-unes des ses autres montes de la journée, le co-leader au classement des jockeys mauriciens devait concéder qu’il est parti un peu trop tôt sur Dust In The Wind dans la troisième épreuve. « Mais il y avait une décision à prendre car les chevaux de devant n’allaient plus », a-t-il précisé. Il est d’avis que Dust In The Wind manque de métier et qu’il devrait progresser davantage au fil des compétitions. En ce qu’il s’agit de Ted Bassett, Joorawon devait déclarer sans ambages que c’est la ligne qui a joué en défaveur du cheval. « Ce n’est guère évident lorsque vous héritez d’une 10e ligne avec des false rails à 5m sur sprint », a-t-il fait comprendre.
Commentant son association avec l’écurie Foo Kune, Joorawon devait dire que tout se passe bien pour l’instant. « Je serai toujours avec eux ce week-end et j’espère en profiter pour faire le plein de victoires », a-t-il dit en guise de conclusion.