L’enfant terrible du turf mauricien et recordman de victoires au Champ de Mars sera pour la cinquième année consécutive en selle durant le week-end international. Ce qui n’est guère étonnant vu qu’il domine sans partage le championnat des locaux depuis quelque temps déjà.
Rye Gulshan Joorawon a bouclé le présent exercice avec 15 victoires à son actif. Performance qui lui aura ainsi permis de participer à ce « grandissime événement », selon ses propres termes. Toutefois, le Mauricien nous fit part de ses inquiétudes lorsque le spectre d’une suspension pesait sur lui en raison de sa monte jugée « non satisfaisante» sur Port Albert dernièrement. Les Racing Stewards lui avaient notamment infligé une suspension de deux semaines, qui l’aurait forcé à vivre l’événement des tribunes, d’autant que Nooresh Juglall en embuscade a été déjà désigné en tant que remplaçant. Mais force est de constater que Me Glover, son avocat, lui a préparé une bonne défense lors de son appel. De l’aveu même du board, il a été établi que ce ne serait nullement dans l’intérêt des courses de voir Rye Joorawon hors-jeu ce jour-là. Le principal concerné s’est confié à Turf Magazine, disant qu’une « participation au week-end international est la consécration ultime après une longue saison pleine de rebondissements ». Toujours selon lui, le fait de côtoyer les meilleures cravaches régionales et mondiales n’a pas de prix. Du coup, il était inquiet et angoissé de ne pas pouvoir être de la partie.
En début de saison, comme souvent d’ailleurs, Joorawon ne fut pas en selle en raison d’une lourde suspension de neuf semaines. Ce ne fut que lors de la 10e journée que sa saison débuta. Pour cette première 2013, on se souvient qu’il avait fait carton plein en obtenant huit montes sans pour autant se distinguer. Son premier succès se profila à la 11e journée lorsqu’il fit triompher Posse Comitatus dans la cinquième course. Il montera par la suite le plus souvent pour le compte de l’écurie Perdrau, tout en prêtant ses services ici et là.
Après avoir été le premier Mauricien à atteindre la barre des 200 victoires au Champ de Mars en 2012, il devait, au courant de la même année, pulvériser le record absolu de 228 victoires que détenait Glen Hatt, et ce grâce à Bolting Cat. Etant le jockey le plus prolifique que notre hippodrome n’ait jamais connu jusqu’ici, Joorawon demeure, tout compte fait, le digne représentant de notre quadricolore ce week-end.