Maurice connaît l’une des périodes les plus sèches de toute son histoire. Les réservoirs sont presque à sec et les nappes phréatiques voient leur niveau baisser de jour en jour alors que les périodes pluvieuses sont rares. Les coupures d’eau font depuis longtemps partie du quotidien de nombreux Mauriciens. Alors que la pénurie d’eau persiste, la colère gronde… 
Si les plus chanceux peuvent se réjouir d’une alimentation plutôt correcte d’eau potable à travers la CWA, d’autres vivent un véritable calvaire depuis qu’a débuté la sécheresse. Quelques régions sont plus touchées. Bois des Amourettes, Trou d’eau Douce, Bel Ombre ou Dagotière en font partie.
Les habitants sont en colère. Ils ne comprennent pas pourquoi ils n’ont pas d’eau alors que d’autres régions sont fournies régulièrement. “Nou tou dan mem bato. Si ena pou koule, nou ava koule ansam. Li vre ki CWA pa kapav fer mirak, fer lapli tonbe, me li bizin partaz dilo ki ena ek tou dimounn parey. Pa kapav fer preferans. Mo demann mwa kouma kapav isi pa gagn dilo e 2 kilomet pli lwin, gagn bien dilo”, lance Antoine Babajee de Souillac.
“Aswar, kan ou le dormi, ki gagn dilo isi. Enn kou mo tink ranpli, enn kou li pa ranpli. Enn problem pe gagne depi mari lontan sa. Plizier fwa monn fer konplint. Zot dir zot pou regle problem-la me pe kontigne mem. E kan gagne, gagn li zis 3 fwa par semenn, li pa sifi”, renchérit Jean-Michel Apollon de Bois des Amourettes. 
Dilo kanal
Les habitants privés d’alimentation en eau régulière ne savent plus quoi faire. Malgré les plaintes auprès de la CWA, il n’y a pas de suite. Face à des réponses insatisfaisantes, la colère commence à prendre le dessus. “Mo pa tro konpran ki zot pe fer ar nou. Dakor, lapli pa pe tonbe kouma bizin. Me kan li tonbe 2, 3 kou, tann dir ki lakaz inonde dan sertin rezion. Be kouma zot fer zot kont pou pa kapav gard sa delo-la ? Bizin enn zeni pou trouve ki sistem-la pa bon ? Nek tann dir exper pe vini depi Singapour, me problem-la res parey mem. Sa mem gro problem dan Moris : apre lamor, latizann. Dan tou zafer, fode problem-la vinn grav net pou zot bouz zot ti-ledwa. Kan ou leve gramatin, ou pena dilo pou lav ou ledan. Ou demann ou kifer ou bizin pay dilo lafin di mwa”, s’insurge Roland Matombé de Bel Ombre.
Comme lui, plusieurs habitants touchés par de graves problèmes d’eau se sentent lésés et ne mâchent pas leurs mots à l’égard des autorités. “Bizin lev pake ale kan pa fouti regle enn problem dilo. Pa fer mwa krwar tou sa tan-la, zot pa ti kone ki pou ena problem si, kot ena bann reservwar, lapli pa tonbe pandan enn bon bout letan. Asterla ki pou sey regle problem-la. An atandan, popilasion pe bwar dilo kanal”, s’indigne Girish Bhunjun de Grand-Port. 
Tiyo kase
Dans certains cas, c’est un endroit particulier qui subit la pénurie plus que les autres quartiers d’une même agglomération. Pire, c’est parfois une rue seulement qui est dépourvue d’eau alors que les habitants des rues voisines ne rencontrent aucun problème. C’est le cas notamment à la rue Révérend Père Dufay à Plaisance, Rose-Hill. Les habitants ne savent plus à quel saint se vouer. “Nou nepli kone ki bizin fer pou zot regle sa problem-la. Zot dir nou tiyo kase. Nounn deza pa gagn delo 3 mwa”, dit Claude Jean, sur un ton de colère. Leur seule planche de salut : un réservoir de la CWA qui n’est pas trop loin. “Ena enn rezervwar dan sime. Gardien-la les nou pran inpe delo, sinon nou pa gagn delo ditou”, précise Claude Jean.
Le problème est qu’il faut aller récupérer l’eau, et ce n’est pas évident pour tout le monde. “Nou oblize al sarye delo pou kapav debrouye. Dan gramatin, nou met railing pou gagn delo. Dan sa sime-la, ena trwa dimounn andikape. Ena enn mama ki kan linn al sarye delo, laport-la inn tom lor li. Linn blese lor so zepol. Be ki, koumsa bizin fer dimounn pas mizer pou gagn inpe dilo ?”, interroge Claude Jean.
Sources pas utilisées
À Trou d’eau Douce également, le problème d’eau est récurrent, surtout dans les deux quartiers que sont Victoria et Montagne Bastille. Les habitants s’insurgent contre le manque d’eau. “Depi 3 semenn, nou pa pe gagn delo isi. Nounn bizin apel kamion 2 ou 3 fwa pou nou kapav debrouye. Parfwa, delo largue enn-er tan a de-z-er tan. Ou bizin vey li. Ou gagn problem pou al twalet. Enn lavi sa ? Pe ramas move problem. Dan Trou d’Eau Douce, zis Victoria et Montagne Bastille gagn problem delo koumsa”, confie Satyanand Souhun de Victoria.
La colère des habitants est accentuée par le fait que, selon eux, il existe de nombreuses sources dans les parages. “Ena enn lasours dans Siwala, ti pe gagn delo ladan avan. Asterla, laponp-la linn kase. Inn dir gouvernman vinn get sa, zot pa fer nanye. Li ti kapav depann nou touzour”, soutient-il.  
Eau de pluie
D’autres ont choisi de prendre leur mal en patience, malgré les nombreuses difficultés causées par le manque d’eau. Au lieu d’attendre que le liquide tant convoité sorte des robinets, certains habitants comme Lutchmee Bance, de la NDHC de Dagotière, ont décidé de récolter l’eau de pluie pour les tâches ménagères grâce à une barrique placée juste en dessous d’un conduit d’eau placé sur la maison. “Nous n’avons pas le choix. On arrive à se débrouiller avec cette eau pour les tâches ménagères.”
D’autres se plaignent que l’eau qui coule de leur robinet n’est pas potable. C’est le cas de M. Rama, qui habite la même région. L’approvisionnement en eau est plutôt régulier (deux fois par jour), mais l’eau a une teinte marron à sa sortie du robinet. “Nous l’utilisons pour les tâches ménagères; nous ne pouvons même pas la consommer. Il nous faut acheter de l’eau en bouteille quotidiennement.”