Que faut-il donc faire à Maurice pour que les accidents de la route diminuent? A cette question, l’inspecteur Pradeep Rama de la Trafic Branch de la police ne passe pas par quatre chemins: « La répression ne suffit pas. C’est la mentalités des usagers de la route qui doit changer ». Pourtant, en ce qu’il s’agit de répression, la police ne chôme pas. Depuis le début de l’année, une moyenne de 215 automobilistes sont verbalisés par jour pour excès de vitesse. Le chiffre est ahurissant et est en hausse par rapport à la période correspondante en 2010. Week-End a fait le point de la situation sur nos routes avec l’inspecteur Rama, suivant la publication de récents chiffres concernant la hausse du nombre de victimes d’accidents fatals (NDLR: voir Week-End dimanche dernier).
Le constat est effarant. En dépit des efforts conjugués de la police, de la Road Safety Management Unit du Prime minister’s Office et de la Trafic Management and Road Safety Unit (TMRSU), les routes mauriciennes continuent de tuer. Selon les analyses de données effectuées au niveau de la Trafic Branch de la police, l’excès de vitesse demeure la principale cause des accidents de la route à Maurice. Pourtant, la police distribue des procès-verbaux pour excès de vitesse à tour de bras. Et les chiffres sont là pour le prouver. Entre janvier et fin juillet, la police a verbalisé 43 362 automobilistes pour excès de vitesse. Soit une moyenne affolante de 215 contraventions par jour. Pour l’ensemble de l’année dernière, quelques 58 000 automobilistes avaient été verbalisés. Cette année, près d’un millier de ces pseudos « as du volant » ont été sanctionnés pour dépassement non-autorisé sur une ligne blanche, contre 1 275 pour l’ensemble de 2010. Il est aussi à noter que 32 937 automobilistes ont pu être sanctionnés grâce aux caméras mobiles.
Selon l’inspecteur Rama, ces chiffres parlent d’eux-mêmes. L’action policière sur le terrain est là et bien là. Cependant, c’est la mentalité des automobilistes, voire des usagers de la route dans son ensemble, qui est à revoir. « C’est malheureux de le constater, mais la courtoisie au volant disparaît progressivement. Beaucoup adoptent une conduite agressive, alliée une vitesse excessive. Et la vitesse est la cause principale d’accidents à Maurice ». Pour l’inspecteur, moins de 3% du nombre total d’accidents de la route à Maurice peuvent être attribués à une défaillance mécanique. La majorité des accidents, dit-il, sont causés par l’erreur humaine et la conduite excessive.
Afin d’étayer ses dires en ce qu’il s’agit de la vitesse excessive, l’inspecteur Rama a donné d’autres chiffres effarants à Week-End. Par exemple, à Bambous, dans une zone où la limite de vitesse est de 60 km/h, un automobiliste au volant d’une Honda a été épinglé par un radar alors qu’il roulait à 142 km/h. Sur l’autoroute, à la hauteur de New Grove, en direction de l’aéroport, la vitesse d’un autre automobiliste a été mesurée à 187 km/h. Un motocycliste, quant à lui, roulait à la moyenne de 150 km/h sur son bolide. « Rouler à une telle vitesse est inconsidéré. A une telle vitesse, c’est impossible de freiner pour éviter un autre véhicule ou un piéton ».