Afin de promouvoir le volontariat, le NGO Trust Fund a remis à des volontaires d’ONG hier des bourses d’études pour des cours d’une durée de deux ans à l’Université de Maurice. La cérémonie a aussi vu la remise de chèques à cinq associations pour la réalisation de leurs projets.
Trois volontaires, Marie Sharon Jessica Roberston, Paveetree Dholah et Daneshar Babooa, membres de différentes ONG, ont reçu hier matin une bourse d’études du NGO Trust Fund, qui opère sous l’égide du ministère de la Sécurité sociale. Ces bourses sont issues d’un programme qui va permettre au bénéficiaire de suivre deux ans de cours à l’UoM, afin de mieux savoir gérer une ONG. Les cinq ONG qui ont reçu des chèques, elles, sont l’Association Autrement Capable Toujours Joyeux, l’Association pour les Handicapés de Malherbes, l’Association des Sourds, la Muslim Youth Federation et la Northern Association for the Disabled. Leurs projets répondaient aux critères du NGO Trust Fund.
Paveetree Dholah, une des boursières, s’est confiée au Mauricien. « C’est à travers nos ONG que l’on a déposé nos candidatures. Il y a eu des sélections et des interviews. Je suis très contente d’avoir obtenu cette bourse d’étude. Pour moi le but d’un vrai travailleur social n’est pas d’éradiquer la pauvreté, mais de chercher le fond du problème, de se poser les bonnes questions. C’est en se demandant pourquoi il y a la pauvreté que l’on peut régler les problèmes à la base ». À noter que les volontaires devaient avoir servi leur ONG pour un minimum de cinq ans et devaient répondre aux critères scolaires de l’UoM.
Ce programme cadre avec un des objectifs du Trust Fund qui vise à assurer une utilisation efficace des ressources par les ONG. Le Fonds a ainsi développé une stratégie de renforcement des capacités des ONG à Maurice qui va de pair avec le processus de développement rapide que connaît le pays et qui pousse les ONG à faire face à des exigences pour une prestation de service professionnalisée. À travers l’octroi de ces bourses, le NGO Trust Fund vise les objectifs suivants : reconnaître et récompenser le travail des bénévoles dans les ONG, encourager et motiver le volontariat et promouvoir le professionnalisme dans le secteur des ONG.
Leela Devi Dookun-Luchoomun, la ministre de la Sécurité sociale, a expliqué lors de son discours officiel que « ces bourses coûtent Rs 57 000 par an par bénéficiaire. Ce dernier devra être capable de développer un engagement à la mission de travail social, à ses valeurs et à son code d’éthique, développer une appréciation critique des théories humaines et sociales, appliquer des compétences de recherche dans le contexte du travail social, et développer les connaissances et compétences dans les méthodes de travail social et des interventions ». « Depuis la mise sur pied du CSR, poursuit-elle, le nombre d’ONG accréditées auprès du National CSR Committee n’a cessé de croître pour atteindre plus de 530 à ce jour. En 2010, plus de Rs 250 millions ont déjà été déboursées en faveur des ONG par des entreprises pour divers projets. Mais plus important que le nombre des ONG est la somme dépensée demeure l’impact social des projets. L’ONG doit aussi pouvoir élaborer, mettre en oeuvre et suivre des projets qui résultent en des changements positifs et significatifs auprès des personnes vulnérables de notre société ».