La réunion du comité des ministres du Commerce de la Southern African Development Community (SADC), qui s’est tenue récemment à Gaborone, a estimé que des progrès notables ont été enregistrés dans la mise en application et la consolidation de l’accord de libre-échange au niveau du bloc régional.
Cette réunion à laquelle a participé Assad Bhuglah, directeur de la Division de Commerce international au ministère des Affaires étrangères et du Commerce international, a permis aux représentants des pays membres de passer en revue les progrès accomplis dans la mise en oeuvre du programme d’actions élaboré par l’instance régionale pour cette année et d’arrêter l’agenda pour 2016. Présidée par Vincent Seretse, ministre du Commerce et de l’Industrie du Botswana, la réunion avait regroupé des délégués de tous les pays membres à l’exception du Malawi. Le comité s’est réjoui de la décision des Seychelles de se joindre à l’accord de libre-échange et souhaite que les deux autres pays qui ne l’ont pas encore fait, en l’occurrence l’Angola et la République Démocratique du Congo, emboîtent le pas très bientôt aux Seychelles.
Selon le secrétariat de la SADC, le comité ministériel a insisté pour que tout programme de libéralisation commerciale soit soutenu par une stratégie industrielle au niveau régional. Les échanges commerciaux, fait-on ressortir, n’auront aucune signification si les pays membres de la SADC n’ont pas les produits industriels adéquats pour les échanges intrarégionaux. Le comité ministériel est d’avis que la stratégie d’industrialisation doit avoir une considération prioritaire au niveau de la région et que les travaux pour l’élaboration d’un plan d’action en consultation avec le secteur privé et les industriels doivent démarrer très vite. Le Swaziland a accepté d’organiser une Semaine de l’Industrie en marge du Sommet de la SADC prévue pour août 2016 en vue de sensibiliser les parties concernées à la nécessité de développer une stratégie industrielle.
La réunion ministérielle s’est également penchée sur les défis que doivent relever les pays membres dans la poursuite des négociations concernant le commerce des services dans la région. Elle a constaté que les négociations ont tendance à devenir plus complexes pour les pays membres vu qu’ils doivent également participer à des discussions autour de la libéralisation du commerce des services sous l’accord de libre-échange tripartite SADC-COMESA-EAC ainsi qu’au niveau continental.
Par ailleurs, le comité des ministres du Commerce de la SADC a noté avec inquiétude que peu de progrès ont été enregistrés au niveau du round de négociations commerciales multilatérales connu comme le Doha Round. Une réunion consultative des ministres de la SADC se tiendra le 13 décembre prochain à Nairobi pour discuter de la question en profondeur. Cette rencontre précédera celle des ministres du Commerce des pays ACP.