Le rapport du Fact Finding Committee (FFC) présidé par l’ancien juge Arriranga Pillay sur la non-reconnaissance des diplômes et maîtrises par le Medical Council (MC) a été soumis, vendredi, au Conseil des ministres. Lequel blâme plusieurs institutions de haute importance, dont la Tertiary Education Commission (TEC), l’Université de Technologie (TEC), le Medical Council (MC) et l’ancien ministre de la Santé. Selon le compte rendu du Conseil des ministres, les institutions sus-mentionnées, ont failli à maintenir un control rigoureux en ce qu’il s’agit des agreements signés avec le DY Patil Worldwide Ltd.
Étant l’awarding body, l’Université de Technologie (UTM) de Maurice a failli dans sa tâche qui consistait à mettre en pratique les recommandations de l’International Monitoring Committees. De plus, l’UTM a malgré tout continué à étendre les accréditations des programmes médicaux année après année.
Autre faute majeure : bien que le collège était en opération depuis août 2012, aucun « quality assurance » n’a eu lieu, particulièrement en ce qu’il s’agit des programmes de formation clinique.
Parmi les recommandations faites par l’ancien juge : cinq en particulier retiennent l’attention notamment : (1) DY Patil Worldwide Ltd devrait acquérir de toute urgence une portion de terre pour la construction d’un campus comme l’exige le Memorandum of Understanding (MOU) avec l’UTM et le ministère de la Santé et la qualité de vie ; (2) un comité devrait être mis en place pour réévaluer la formation médicale et de formuler une policy decision en vue d’un enseignement cohérent et de qualité pour les licences et maîtrises ; (3) que le D.Y Patil Worldwide Ltd s’assure que les 18 étudiants de maîtrises d’août 2013 soient remboursés, car au moment de leur inscription, ils n’avaient pas été informés de la modification du Medical Council Act en ce qu’il s’agit des amendements apportés à l’enregistrement comme praticiens ; (4) l’institution ne doit pas poursuivre avec l’inscription de nouveaux élèves en maîtrise tant qu’elle ne satisfait pas les recommandations du Clinical Training Framework Agreement, à savoir que les étudiants soient enregistrés au Medical Council et fasse un an d’internat et (5) que la TEC exerce ses fonctions tout en assurant que des actions soient prises en cas d’entorse.
Le Conseil des ministres a, après avoir pris connaissance du compte rendu du FFC, a décidé que les établissements qui se prétendent être des institutions médicales, n’étant pas reconnues par le Medical Council ne seront plus autorisées à recruter des étudiants de première année en MBBS Programmes jusqu’à nouvel ordre. 
Le conseil a également décidé de la mise en place d’un comité inter-ministériel sur lequel siégera le ministre de l’Éducation, des Ressources Humaines et de l’Enseignement Supérieur, le ministre de la Santé et de la qualité de la vie et l’Attorney General pour considérer le cas des étudiants Mauriciens au niveau MBBS au Anna Medical College et DY Patil Medical College.