Un an après avoir fait des « révélations » sur une affaire de Rs 40 millions impliquant Hemant Bangaleea, l’homme à la valise avec Rs 300 millions, l’homme d’affaires de Triolet, Nitesh Ramdharry, est revenu sur l’essentiel de ses dénonciations. Dans ce nouvel épisode de la Bangaleea Saga, par le truchement de deux affidavits, jurés le 25 septembre de cette année et à la mi-novembre et une première contre-déposition au Central CID il y a dix jours, il fait de graves accusations contre un homme de loi. Me Roshi Bhadain, qui devra être convoqué pour interrogatoire Under Warning au Central CID, fait face à de graves allégations de complot et de manipulations de documents dans cette affaire. Il devra être confronté à des déclarations de Nitesh Ramdharry à l’effet que « I reiterate and confirm that I have made the false allegations to police under the instructions and instigation of Roshi Bhadain, a Barrister ». D’autre part, la version des faits du leader du MSM, Pravind Jugnauth, devrait également intéresser les limiers de la CID car il avait rencontré le dénommé Ramdharry dans les bureaux de Me Bhadain le 5 novembre de l’année dernière. Cette assignation devra être servie au concerné après le prochain interrogatoire de Roshi Bhadain.
« Inn dir mwa tir nom Deoparsad Nowbuth lor trwa kontra later dan l’Inde ek sit nom trwa minis ki swadizan inn aste later dans l’Inde avek Bangaleea », déclare en substance Nitesh Ramdharry dans ses rétractations au sujet de la Bangaleea Saga. Il est catégorique : le cerveau présumé derrière ce complot n’est autre que l’homme de loi. À cet effet, les trois noms de ministres suggérés par l’homme de loi sont Anil Bachoo, Vasant Bunwaree et Rajesh Jeetah.
Dans son premier affidavit en date du 25 septembre dernier, où il retrace la chronologie de ses doubles déboires avec Hemant Bangaleea et Roshi Bhadain, l’homme d’affaires de Triolet affirme que « M. Bhadain insisted that I tell Pravind Jugnauth that Hemant Bangaleea had shown me three sales deeds, similar to mine, drawn in the names of three ministers, whose names he personally mentioned to me, namely, Honourable Bachoo, Bunwaree and Jeetah. According to M. R. Bhadain this story will give credence to the fact that since Hemant Bangaleea was in the good books of Messers Bachoo, Bunwaree, Jeetah, I relied on same and participated in the purchase of land ».
Nitesh Ramdharry soutient que l’affaire des trois ministres ayant fait des acquisitions immobilières en Inde par l’intermédiaire de Hemant Bangaleea est fausse et a été inventée par Roshi Bhadain en substituant le nom de Deoparsad Nowbuth, un partenaire en affaires de Hemant Bangaleea installé à Londres, sur des documents. Il va plus loin en ajoutant que lors des échanges avec Roshi Bhadain, « I told him that what he was suggesting was unlawful and wrong and I could not tell such lies. He then insisted that the only way M. Jugnauth to intervene in this matter and for me to recover the money is colour the deal with political overtones ».
L’homme d’affaires de Triolet poursuit en révélant que le montant de Rs 40 millions versé en faveur de Hemant Bangaleea est une fiction. Le véritable montant est de Rs 8,5 millions en donnant des indications précises sur ces transactions, il ajoute que le chiffre a été maintenu à Rs 40 millions sur insistance de l’homme de loi. « M. Bhadain told me that he has already spoken to M. Jugnauth about a Rs 40 million deal and if I now reduce it to Rs 8,5 million, he will be greatly embarrassed vis-à-vis de M. Jugnauth », ajoute-t-il.
Tout cela s’est passé avant la déposition de Nitesh Ramdharry contre Hemant Bangaleea au Central CID au début de novembre de l’année dernière. Avec le montant de Rs 40 millions maintenu, le problème de chiffre d’affaires justifiant un versement de cette envergure s’est posé. De fausses entrées furent consignées dans les livres de compte de la société par l’homme d’affaires de Triolet.
« Roshi Bhadain said those receipt books (those of my father’s business Argonaute) will do and they need to be filled in the names of fictitious persons which he will use to prove that I had received income from sales exceeding Rs 40 million and hence establish that I had the means to pay Hemant Bangaleea Rs 40 million », déclare Nitesh Ramdharry.
Même cette démarche était contestée, des carnets de reçus de l’argonaute furent remis à l’homme de loi. « When I next met Me Roshi Bhadain, he showed me about five to six receipt books which were already filled. He then asked me to fill in a few blank receipts and to sign on all the receipts so as to dispel all doubts about the alleged sales, in order that the sales will look genuine », lit-on paragraphe de l’affidavit. Il se dit prêt à indiquer aux autorités les entrées effectuées de sa propre main et les autres. Son passeport fut utilisé pour éviter l’émission de reçus à des dates alors qu’il se trouvait à l’étranger. « I aver that my passport still bears ticks inserted in pencil by Me Roshi Bhadain », ajoute-t-il comme pour mieux faire valider sa version.
À ce stade, l’état-major du Central CID sous la double supervision des ACPs Pregassen Vuddamalay et Heman Jangi, procède à des dernières vérifications des allégations formulées par Nitesh Ramdharry. Ce dernier est également attendu de nouveau au QG du Central CID pour des compléments d’informations. Me Roshi Bhadain sera subséquemment convoqué pour interrogatoire probablement vers la fin de la semaine au plus tôt.
Dans une deuxième étape, le leader du MSM devra être entendu Under Warning au sujet de sa rencontre avec Nitesh Ramdharry le 5 novembre de l’année dernière au bureau de Me Bhadain. Cette rencontre avait été arrangée par un intermédiaire politique, très proche de Pravind Jugnauth, mais qui a changé de bord politique depuis.
Au sujet de la rencontre avec Pravind Jugnauth, Nitesh Ramdharry souligne dans son affidavit du 25 septembre que « he advised me that I ought to try to recover my money by way of negotiations. However, Pravind Jugnauth took all my document that is a copy of HSBC cheques and Indian title (deed) for reasons best known to him ».
Le partenaire de Roshi Bhadain, Andrew Stevenson, devra également être entendu dans ce nouveau volet de la Bangaleea Saga au sujet des démarches entreprises à Singapour en vue de recouvrer la somme et un affidavit avec de fausses informations soumis devant des instances judiciaires de Singapour.
Toutefois, le principal concerné dans l’immédiat, Nitesh Ramdharry, pourrait être inculpé du délit provisoire de déclarations fausses et malicieuses alors qu’une enquête a déjà été initiée depuis quelque temps par l’Independent Commission Against Corruption (ICAC) au sujet de ce transfert allégué de Rs 40 millions.