Photo illustration

Cette mère de deux enfants, âgée de 27 ans, a cru que sa dernière heure avait sonné quand son ex compagnon, âgé de 39 ans, s’est pointé au domicile de sa tante avec un couteau à la main.

Elle a dû se cacher sous un lit pour éviter d’être agressée. Dans une plainte déposée au poste de police de Cent-Gaulettes jeudi, la jeune femme souligne qu’elle vivait en concubinage avec le suspect depuis cinq ans. Mais elle a déserté le toit conjugal le 23 septembre à la suite d’une dispute. La plaignante a alors élu domicile chez sa tante dans un appartement de la NHDC, à Saint-Hilaire. Le trentenaire a débarqué sur les lieux durant la semaine et la jeune mère est partie se cacher. Cette dernière ne voulait pas parler avec son ex-concubin et est restée dans la chambre de sa tante.

Son attitude a enragé le suspect, qui a alors sorti une arme tranchante. Malgré le fait qu’elle se soit cachée sous le lit, son ex-compagnon l’a tirée par les pieds pour ensuite tenter de lui assener des coups de couteau. Mais elle a esquivé les coups tout en appelant à l’aide. Son cousin est intervenu et a fait fuir l’agresseur.

Entretemps, sa tante a immédiatement cadenassé la porte d’entrée. Mais la mésaventure de la victime était loin d’être terminée puisque son ex concubin est revenu à la charge quelques minutes plus tard en brisant le cadenas. Il s’est dirigé dans la chambre où se trouvait la plaignante et lui a assené un violent coup de poing au dos. Le frère de la jeune femme a réussi à maîtriser le trentenaire et l’a ramené à l’extérieur. Dans la mêlée, la victime a reçu une gifle de son ex-compagnon et elle s’est retrouvée à demi-inconsciente par terre. Finalement, le père de ses enfants a été appréhendé par la police.

Il a été conduit au poste de police et placé en détention préventive. Une charge provisoire d’agression a été retenue contre lui après sa comparution au tribunal de Mahébourg, jeudi. Selon la plaignante, elle n’a subi aucune blessure, mais elle ressentait des douleurs au dos et au visage. Elle a été examinée par un médecin dans un centre médical. L’enquête se poursuit sous la supervision de l’ACP Rajaram.