Les quatre officiers de police de Grand-Baie, l’inspecteur Saleem Mohangee, les constables Belal Bauihal, Jason Marc et la Woman Police Constable Avisha Auckloo, impliqués dans l’affaire de faux alibi fourni au meurtrier présumé Harel Philippe, ont été reconduits en cellule policière jusqu’à la semaine prochaine. Lors de leur comparution hier après-midi devant le tribunal de Mapou, dans une atmosphère tendue avec des proches des policiers se montrant menaçants à l’égard des photographes de presse, la Major Crime Investigation Team (MCIT), à travers le Police Prosecutor, a objecté à leur remise en liberté sous caution. La raison principale est que leurs interrogatoires en présence de leurs conseils légaux respectifs n’avaient même pas encore démarré. À la mi-journée, des dispositions étaient prises pour le début de cet exercice crucial.
Les quatre policiers seront confrontés à la version des faits consignée formellement récemment par le Station Orderly du poste de Grand-Baie. Ce policier, qui faisait office de responsable à Grand-Baie dans l’après-midi du samedi 19 avril dernier, alors que se déroulait la fusillade meurtrière de Saint-Pierre avec le jeune Yoven Velangany touché mortellement par des coups de feu, a raconté dans les moindres détails le film des événements au poste quant à une présence alléguée de Harel Philippe.
Le premier policier qui devra fournir des explications formellement au chef inspecteur Gérard et aux limiers de la MCIT n’est autre que le constable Marc. Celui-ci avait consigné une entrée dans le Dairy Book du poste de police à 17 h 35 à l’effet que le dénommé Harel Philippe s’y trouvait en vue de respecter les conditions de sa liberté sous caution dans une autre affaire criminelle.
Ce policier aura du fil à retordre face aux Searching Questions des enquêteurs de la MCIT au sujet de la présence de Harel Philippe à Grand-Baie. Il aura du mal à justifier les entrées dans le Dairy Book et le Sheet Form concernées et saisies pour les besoins d’enquête. Le Bail Book a également été saisi. La MCIT maintient qu’à ce moment précis, Harel Philippe se trouvait loin de Grand-Baie et avait participé à la fusillade meurtrière de Petit-Verger, Saint-Pierre avec un homme tué à bout portant.
À partir de l’interrogatoire du constable Marc, la MCIT devra enchaîner avec l’instigateur de ce complot en vue de disculper Harel Philippe dans le meurtre de Yoven Velangany, avec l’arme du crime toujours introuvable. La MCIT devra élucider les circonstances dans lesquelles des amendements ont été apportés à cette entrée controversée dans le Dairy Book de Grand-Baie, en particulier le changement de l’heure de 17 h 35 à 17 h 28.
En attendant de répondre aux questions de membres de l’escouade du CI Gérard, l’inspecteur Mohangee, le Senior Most Officer Under Arrest dans cette affaire, rejette les allégations de complot portées contre lui. Il confirme qu’il s’était rendu au poste de police, qui est sous sa responsabilité vers 19 h 30 ce samedi 19 avril et dit tout ignorer des modifications apportées dans les documents officiels au poste de police.
Compte tenu des délais dans les interrogatoires, il est fort possible que les policiers inculpés passent le week-end en cellule policière avant de pouvoir retrouver la liberté conditionnelle. Ils ont également été interdits de leurs fonctions au sein de la police.