C’est à Saint-Pierre que Navin Ramgoolam et Paul Bérenger ont démarré samedi une tournée que les deux leaders comptent faire ensemble à travers le pays. Ils enchaîneront avec une réunion à la municipalité de Curepipe demain suivie d’une autre à Roche-Bois mercredi et d’une troisième à Bois-Chéri vendredi. A St-Pierre, les deux leaders ont présenté les trois candidats de l’Alliance de l’Unité et de la Prospérité pour les prochaines élections, à savoir Suren Dayal, Ashok Jugnauth et  Sanjiven Permal. Ils en ont profité pour faire une sortie contre Pravind Jugnauth, candidat de l’Alliance Lepep, dans la circonscription et ont demandé que celui-ci enregistre « son plus mauvais score à Maurice ».
 
Navin Ramgoolam a d’abord qualifié Pravind Jugnauth de « nimaram » pour avoir porté le drapeau rouge dans la circonscription lors des dernières élections générales, qui avaient été précédées d’une élection partielle. « Si pa ti ena travailliste li pas ti pou elu », a lancé le leader du PTr, soulignant que Pravind Jugnauth a « toujours été élu sur le dos du MMM ou du PTr ».
Le leader rouge a rappelé que, malgré le fait que Paul Bérenger et lui ont été des adversaires pendant les 17 dernières années, ils se sont toujours respectés parce qu’ils sont « des hommes de principes ». Et de rappeler qu’en 1995, alors qu’il s’apprêtait à conclure une alliance avec Paul Bérenger, Sir Anerood Jugnauth, qui occupait alors le poste de Premier ministre, avait essayé de le dissuader, mais en vain. Il avait également refusé d’adopter une loi visant à introduire la langue orientale aux examens du CPE. « Ce n’était pas parce que j’étais contre la langue orientale, d’autant que c’est SSR qui l’avait introduit dans les écoles, mais parce que j’étais contre le fait de faire une discrimination, une injustice contre les enfants créoles. Dan mo laveine pena communalisme », a-t-il lancé.
Navin Ramgoolam a rappelé qu’à la veille des élections générales de 1995, SAJ, « voyant qu’il sera battu aux élections », avait promis une augmentation de 15% aux travailleurs. Aujourd’hui, il accuse ce dernier de se livrer « à la même démagogie » à la veille des prochaines élections en proposant une pension de Rs 5 000 aux personnes âgées. Pour lui, c’est une « promesse démagogique qu’il ne pourra pas tenir » parce qu’elle nécessiterait des dépenses additionnelles de l’ordre de Rs 4,5 milliards sur le budget des allocations sociales. Pour  mettre en oeuvre cette promesse, dit-il encore, il faudrait que le taux de la TVA passe de 15% à 20% et que la TVA soit introduite sur les produits de base. ?Paul Bérenger a, pour sa part, affirmé qu’un gouvernement PTr-MMM apporterait une attention particulière au secteur de la santé et à celui de l’éducation. De même, poursuit-il, les allocations de pension seront augmentées « en fonction de la capacité du gouvernement » de le faire. « C’est nous qui ferons reculer la pauvreté. Nous nous engageons à accroître les salaires des plus faibles ainsi que les prestations sociales dans la mesure du possible », a-t-il dit.
Pour le leader du MMM, les élections générales sont une occasion « d’épuration » de son parti. Il estime ainsi être désormais en mesure de savoir « qui sont ceux qui adhérent à la mission du MMM et ceux qui y adhèrent uniquement pour obtenir un ticket ». A ce propos, il s’en est vertement pris à Sangeet Fawdar. « Après le bureau politique de lundi, il avait commencé à téléphoner à tout va pour dire que Paul Bérenger s’était attaqué à tel ou tel cas. J’avais demandé à Rajesh Bhagwan de lui envoyer un e-mail pour lui signifier qu’il est suspendu de toutes les instances du parti et, le lendemain, il a annoncé son  adhésion au Mouvement Liberater. » Le leader du MMM a non seulement demandé aux électeurs de la circonscription No 8 de « faire en sorte que Pravind Jugnauth obtienne le pire score de Maurice » mais a aussi souhaité que Prakash Meenowah inflige à sir Anerood Jugnauth « une défaite plus importante qu’en 1995 ».
Ashock Jugnauth, Suren Dayal et Sanjiven Permal se sont aussi adressés à l’assistance lors de ce rassemblement de lancement de la campagne PTr-MMM au No 8. Paul Bérenger est ensuite revenu sur l’octroi du droit de vote à l6 ans pour les élections locales. « Les jeunes seront de plus en plus appelés à jouer un rôle important au niveau de la culture et du sport. Ce sera un bon apprentissage pour eux à la politique », a-t-il dit. Il a finalement demandé à l’électorat de Moka–Quartier-Militaire et les électeurs  en général de « voter bloc » en faveur de l’Alliance de l’Unité et de la Prospérité.