À la veille de la Saint-Valentin, les amoureux se préparent à rendre leur week-end inoubliable. Sortie à deux, dîner aux chandelles, week-end à l’hôtel… Les idées ne manquent pas pour se faire plaisir. Le Mauricien a rencontré quelques couples qui, à travers témoignages et anecdotes, livrent leurs secrets pour garder intacte la flamme de leur amour.
Comme chaque année, les Mauriciens ne peuvent ignorer l’approche de la Saint-Valentin, que ce soit à travers les annonces à la radio, les publicités dans la presse ou encore les devantures des boutiques, ornées de décorations aux couleurs de l’amour, histoire de bien se mettre dans l’ambiance. Chaque année aussi, la fête suscite une certaine excitation au sein des couples, nouvellement formés ou plus anciens, car c’est là l’occasion de témoigner de leur amour à l’être cher, au grand dam des récalcitrants, qui lancent, à longueur de journée, la fameuse tirade selon laquelle la Saint-Valentin « n’est qu’une fête commerciale ». Car après tout, comme le dirait Gad Elmaleh, « mais avec toi chérie, la Saint-Valentin, c’est tous les jours ».
Atish Ramkurrun et Shalini Runnoo, de Piton, sont en couple depuis 2008. Et c’est leur 8e Saint-Valentin qu’ils passent ensemble. Shalini témoigne : « We celebrate it in a very romantic way. Exchange of gifts. Candlelight dinner. Starts the day by saying I love you. We both live at Piton. We meet quite often and share our things. The mutual understanding that we have is the reason why we are together since 8 years. I believe a couple should first be friends before dating. That makes the beauty of the relationship! Atish is my best friend. Thursdays are very special for us as we met on a thursday. He starts the day by saying I love you. He always supports me in everything I do. He is the ideal life partner. Am so happy to have him in my life. »
Karine Monneron, elle, est en couple avec Christopher depuis 2011. Elle raconte sa rencontre avec son chéri en affirmant que leur amour « ne mourra jamais ». Elle raconte : « Ma première Saint-Valentin avec Christopher était en 2011. Je l’ai rencontré là où je prenais des leçons et on avait déjà une attirance l’un pour l’autre. Après les leçons, je l’ai attendu et nous avons ensuite marché d’Ollier à Beau-Bassin. En route, je lui ai avoué que personne ne m’avait offert de fleurs et, d’un coup, sorti de nulle part, il m’en a offert une. Depuis, chaque année, le 14 février, on s’offre quelque chose qui sert de rappel à cet amour que nous avons. Cela fait maintenant six ans que je suis tombée amoureuse de mon meilleur ami, qui est aujourd’hui le papa d’Amalya, ma fille. Cette année, nous ne fêterons pas la Saint-Valentin ensemble, mais je sais que c’est un amour qui ne mourra jamais. »
Au soleil, à la mer, sous les étoiles… Autant de cadres idéals pour tomber amoureux. C’est en tout cas dans cette atmosphère idyllique que Mégane a pu conquérir le coeur d’Hansley. « C’était un 22 janvier. On était sorti avec une bande d’amis à Pereybère et le plan a duré jusqu’au soir. Il y avait déjà quelque chose entre nous, mais disons qu’on ne s’en souciait pas : on laissait le truc venir. Donc, à un moment, on était dans l’eau, mais aujourd’hui encore je ne sais comment on s’est retrouvé dans les bras l’un de l’autre. On s’est regardé dans les yeux quelques secondes, qui m’ont semblé durer des heures, puis on s’est embrassé. Ce qui a rendu la chose spéciale, c’est que notre premier baiser était sous les étoiles. Le ciel était magnifique ce soir-là. Une histoire bien à l’eau de rose, mais c’est notre histoire. Et elle restera à jamais notre souvenir le plus magnifique et mémorable. »
Pour autant, les histoires d’amour ne se passent pas forcément toujours comme on l’avait prévu. Xavier (prénom fictif) en témoigne. Il se rappelle ainsi du jour où en voulant « être galant », il avait décidé d’inviter sa copine à déjeuner le jour de la Saint-Valentin. Mais malheureusement, le temps lui a fait défaut. « J’avais invité ma copine à déjeuner au Caudan pour la Saint-Valentin. Mais au moment de me rendre au restaurant, la radio a annoncé une alerte cyclonique de classe 3. Imaginez ma déception ce jour-là. » Benoît et son épouse, eux aussi, ne fêteront pas la Saint-Valentin comme tout le monde. « Certains couples ont prévu de la fêter avec un dîner aux chandelles à la maison ou au resto. Mais nous, nous ne pourrons pas le faire car nous voyagerons. On fêtera donc la Saint-Valentin dans les airs, c’est-à-dire dans l’avion. »