La Structure Citoyenne Œuvrant pour le Progrès de l’Endroit (SCOPE) a célébré son dixième anniversaire hier à Sainte-Croix et a, en même temps, récompensé les élèves du primaire et du secondaire habitant ou étudiant dans un établissement scolaire à Sainte-Croix et dans les régions avoisinantes. L’objectif étant de saluer les bonnes performances lors des examens en 2016 et de promouvoir l’éducation de même que la réussite scolaire.
Parmi les récipiendaires, une lauréate, Tessa Lalljee, étudiante d’un collège d’État. À ses côtés, 23 jeunes ayant pris part aux examens du CPE, School Certificate et Higher School Certificate (HSC). SCOPE a profité des célébrations de ces dix années d’existence pour procéder au lancement officiel de son site web.
Pour Tessa Lalljee, habitante de Sainte-Croix, cette initiative de remise des prix est « très encourageante » pour les jeunes de la région. « C’est la preuve que des enfants habitant à Sainte-Croix ont d’énormes potentiels. Le secret de la réussite pour moi est de rester humble », affirme-t-elle. La lauréate quitte Maurice très bientôt pour se rendre en France en vue d’étudier l’information et la communication.
Alison Christine, qui fréquente le collège Lorette de Port-Louis, a beaucoup apprécié le geste de SCOPE. « Nous sommes fiers de leur initiative. C’est très motivant ». Elle souhaite faire carrière comme hôtesse et traductrice-conférencière. Ludo Duportail, élève en lower six au collège Royal Port-Louis, est d’avis qu’« il faut cesser de stigmatiser Sainte-Croix ». Pour lui, « nous avons semé des fleurs, il faut les arroser maintenant ».
Désiré Dian, vice-président de SCOPE et responsable de communication, a parlé des projets de l’organisme et a fait part aux parents présents des résultats d’une enquête menée auprès des établissements scolaires de la région sur les obstacles qui bloquent le progrès de certains élèves. On y retrouve notamment le manque de nourriture, l’indiscipline, le manque d’intérêt des élèves par rapport à la langue anglaise et le désengagement des parents face à l’éducation. « Il y a des écoles où il n’existe même pas de Parent-Teachers Association. Il est de notre devoir de suivre le parcours scolaire de nos enfants et de les motiver pour qu’ils réussissent », a-t-il insisté.
Il a aussi évoqué les projets entrepris par SCOPE à Sainte-Croix, tels qu’un “Learning Centre”, une “Employment Platform”, la création d’un fonds pour un projet socio-éducatif, un “Continuous Professional Development” et des conférences payantes à Maurice à l’intention des hommes d’affaires, avec la collaboration de trois membres de l’African Leading Community qui sont actuellement à Maurice.
Arnaud Carpooran, nouveau doyen de la faculté des sciences humaines à l’Université de Maurice, n’a pas manqué de remercier tous ceux qui l’ont soutenu dans les moments difficiles lorsqu’il avait appris qu’il n’allait pas être nommé à ce poste. « J’étais découragé, anéanti. J’ai failli commettre des bêtises. Heureusement que ma femme est là. Elle m’a soutenu tout au long de cette dure épreuve. Je suis content d’avoir pu remonter la pente. Je n’ai pas été blessé. I have been blessed. Il est de mon devoir de faire quelque chose qui marquera l’histoire de l’Université de Maurice », a-t-il déclaré.
Arnaud Carpooran a, de plus, lancé un appel aux parents, aux responsables des écoles et à toutes les personnes engagées dans des projets scolaires, leur demandant de s’unir pour faire progresser la société. « Ledikasion bien inportan dan lavi enn dimounn », a-t-il relevé.
La députée Aurore Perraud et Daniel Laurent, nouveau lord-maire, ont également pris la parole.