L’enquête sur la saisie record de 135 kilos d’héroïne, d’une valeur marchande de Rs 2 milliards, pourrait aborder un nouveau tournant. La Sim Card du téléphone cellulaire utilisé par le parrain des parrains de la drogue, Peroumal Veeren, qui purge une peine de 30 ans de prison pour trafic de drogue, pourrait apporter un éclairage à des questions qui semblaient sans réponse à ce jour. Cette carte téléphonique, qui a été saisie lors d’une opération de la Prison Security Squad à la prison centrale de Beau-Bassin hier matin, devra être soumise à la direction générale de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) pour un décryptage. En même temps, l’Independent Commission against Corruption (ICAC), qui enquête sur le volet de blanchiment de fonds, a signifié son intention d’avoir accès aux informations contenues dans la mémoire du téléphone cellulaire du détenu, devenu le plus célèbre dans le monde carcéral.
Depuis ces derniers temps et en marge des travaux de la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge Paul Lam Shang Leen, le commissaire des prisons, Vinod Appadoo, a mis à exécution un programme de surveillance. Le dénommé Peroumal Veeren se trouve l’une des cibles visées. Hier matin, des membres de la Prison Security Squad devaient surprendre ce prisonnier avec son téléphone cellulaire collé à son oreille, en pleine conversation dans l’enceinte de la prison centrale de Beau-Bassin.
À peine une opération organisée, Peroumal Veeren avait cru vouloir tromper la vigilance des Prison Officers en jetant le téléphone cellulaire en direction de son complice, un dénommé Gino Bageenath. Ce dernier avait pour mission de détruire le téléphone pour que les autorités ne puissent avoir accès aux données dans la mémoire, notamment le relevé des échanges téléphoniques.
Toutefois, les éléments de la Prison Security Squad, menés par un surintendant, furent plus prompts à réagir en sécurisant le téléphone, qui avait été jeté contre un banc en béton. Aux dernières nouvelles, la carte Sim du cellulaire est encore intacte et devrait révéler les secrets prochainement au sujet du réseau de contact de Peroumal Veeren.
Mais les choses ne devaient pas en rester là. Peroumal Veeren devait opposer une forte résistance quand il a été maîtrisé par les Prison Officers. Visiblement contrarié par le fait que son téléphone ait été saisi en dépit de ses précautions, il devait proférer des menaces de mort contre le responsable de cette opération. « P…, si mo pa fer touy twa deor, mo pa apel Veeren ! » devait-il lâcher, d’un air des plus excités.
Subséquemment, le Prisoner’s Risk Assessment Committee, qui s’est réuni d’urgence, a entériné le transfert de Peroumal Veeren à la Pirates’ Wings de la prison avec des conditions nettement plus dures que dans les autres sections. Un autre comité devra se réunir lundi pour décider de la durée de cette détention à la Pirates’ Wings. D’autres détenus, faisant partie du clan Veeren devront également être sanctionnés par la direction de la prison.
L’intérêt autour de la Sim Card de Peroumal Veeren est de confirmer les informations qui circulent depuis trois semaines déjà à l’effet que ce détenu est un des cerveaux les dernières importations d’héroïne, soit les 135 kilos du 9 mars et les 20 kilos du 24 mars. Les relevés, qui seront « retrieved » par des spécialistes de l’IT Unit, devront peser leur pesant d’or dans le démantèlement d’un des plus importants réseaux de trafiquant de drogue présumés.
Outre l’ADSU et l’ICAC, la commission Lam Shang Leen est également intéressée à prendre connaissance des appels téléphoniques de Peroumal Veeren.