Yannick Mohamed Ackbarally répond d’une accusation d’importation d’héroïne « with averments of traficking » devant les Assises. Le juge Benjamin Marie-Joseph a réservé sa décision quant à la demande du Malgache d’obtenir la liberté conditionnelle en attendant la tenue de son procès.
Aux Assises hier, la police, par l’intermédiaire de l’inspecteur Doss de l’ADSU à l’aéroport, a objecté à la liberté conditionnelle du Malgache Yannick Mohamed Ackbarally. Les risques qu’il quitte précipitamment le pays ou qu’il commette un nouveau délit s’il est relâché ont été utilisés comme argument. La police soupçonne Yannick Ackbarally car celui-ci faisait des déplacements réguliers entre son île natale et Maurice. L’officier de l’ADSU a ajouté que le Malgache serait « un des maillons importants d’un réseau de trafic de drogue à Madagascar ». Interrogé par Me Shakeel Bhoyroo, qui représente la poursuite, l’inspecteur Doss a indiqué qu’il serait impossible de contrôler les mouvements de Yannick Mohamed Ackbarally s’il est en liberté provisoire, et ce en raison de manque de ressources. Par ailleurs, il a confirmé que le Malgache n’a aucun parent à Maurice ni de compte bancaire.
D’un autre côté, Me Hamid Jagoo, l’homme de loi de Yannick Mohamed Ackbarally, a soutenu que son client est en détention depuis deux ans et que les arguments avancés sont seulement basés sur le témoignage de l’inspecteur Doss. L’avocat a ajouté que son client nie catégoriquement qu’il savait que ses bagages contenaient de la drogue.
S’adressant à la cour, Yannick Mohamed Ackbarally a quant à lui indiqué qu’il respectera les conditions qui lui seront imposées, tout en continuant à clamer son innocence. « Je n’ai pas envie de causer de tort à qui que ce soit. Je serais à la disposition de la justice à n’importe quel moment voulu. Je n’ai jamais commis d’infractions. Je suis une personne honnête et je n’ai aucunement l’intention de m’enfuir », a-t-il déclaré.
La mère d’un des détenus ayant côtoyé Yannick Ackbarally en prison a indiqué, lors de la séance, qu’elle se portait garante pour loger le Malgache sous son toit. Elle a également affirmé qu’elle veillerait que celui-ci respecte les conditions que la cour imposera. Le juge Benjamin Marie-Joseph a cependant réservé sa décision à une date ultérieure.
Pour rappel, Yannick Mohamed Ackbarally avait été arrêté dans un pensionnat à Plaine-Verte le lendemain de son arrivée à Maurice, où il avait débarqué à bord du vol MK289 en provenance de Tana, Madagascar. Ce trentenaire avait laissé sa valise dans l’enceinte de l’aéroport, ce qui avait été repéré par les caméras de vidéos surveillances. La valise avait été fouillée par des officiers de la douane et de l’ADSU et 2 kg d’héroïne, dont la valeur a été estimée à environ Rs 30 M, y avaient été découverts.