L’enquête de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) sur la saisie de 110 kg d’héroïne, d’une valeur marchande de Rs 1,65 Md, risque de connaître des rebondissements après que l’équipe du Detective Inspector Soyfoo, de la Northern Division, a mis la main sur un “Diary Book” au domicile de Bibi Taslima Peerkhan-Bruls, 48 ans, belle-sœur du suspect Oomar Karrimbaccus, alias Tirania.

La police avance que le livre contient en effet des renseignements susceptibles de faire avancer l’enquête et, surtout, d’en savoir un peu plus sur le fonctionnement d’un important réseau de drogue. Les informations du “Diary Book” sont jalousement gardées par les enquêteurs. Seule certitude : cette pièce à conviction contient des chiffres s’apparentant à des numéros de téléphone. Un exercice de vérification est en cours à ce sujet.

La quadragénaire a été libérée récemment après avoir passé huit ans en prison pour trafic de drogue alors que son frère, Sadeck Peerkhan, est toujours incarcéré pour le même délit. Initialement, la police pensait mettre la main sur un colis de drogue chez Taslima Peerkhan-Bruls à Camp-de-Masque-Pavé, mais elle n’a trouvé aucun stupéfiant.

Suite à la saisie de Rs 550 100 dans la cour de Tirania, l’Adsu de l’Eastern Division s’est alors rendue chez un couple de la Havana Road, Riche-Mare, et qui a des liens familiaux avec les Karrimbaccus. L’homme, âgé de 41 ans, et son épouse, 30 ans, ne se sont pas opposés à la perquisition, qui n’a rien donné. Le couple dit ne rien savoir des activités de Tirania.

Par ailleurs, le cellulaire de Bibi Rehanna Peerkhan, 61 ans, saisi lors de la fouille de sa maison samedi, sera envoyé en vue d’être décrypté à l’Information and Technology Unit de la police. L’équipe du DCP Choolun Bhojoo, assisté du surintendant Sharir Azima, croit savoir que le sexagénaire était en contact avec Oomar Karrimbaccus lors de son départ en hors-bord pour aller récupérer la drogue au large de Madagascar.

La police estime que Bibi Rehanna Peerkhan joue un rôle « très important » au sein du réseau, ajoutant qu’elle faisait d’ailleurs peur à certaines personnes lorsque sa famille faisait la pluie et le beau temps à Vallée-Pitot, leur base d’opération, dans les années 90’.
La police la soupçonne ainsi d’avoir blanchi l’argent sale.

Elle avait d’ailleurs été condamnée en septembre 2009 pour n’avoir pu donner d’explications sur la présence d’environ Rs 7 M sur différents comptes bancaires à son nom. En ce qui concerne l’enquête policière sur les 110 kg héroïne, les skippers arrêtés, Darmendra Rawjee et Jean-François Camion, ont confirmé avoir loué un hors-bord pour rejoindre Oomar Karrimbaccus, Fabrice Jean-Pierre et Jean Michel Rosette, qui ont débarqué les cinq sacs en raphia contentant l’héroïne.

Le propriétaire de l’embarcation que les skippers ont loué a été interrogé par l’Adsu à titre de témoin. Il a confirmé que le duo lui a remis Rs 70 000 pour louer son bateau en prétextant qu’ils devaient transporter des touristes sur la côte ouest pour une partie de pêche.