• Les cellulaires des suspects décryptés par l’IT Unit de la police cette semaine

L’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) passera à une étape supérieure bientôt alors qu’elle recueille des informations sur la saisie de 110 kg d’héroïne valant Rs 1,65 milliards. Les limiers de l’ADSY s’intéressent à un commerçant des Plaines-Wilhems, ayant déjà eue des démêlées avec la police dans le passé. Il serait très proche de Tirania, les deux ayant résidé à ValléePitot. D’ailleurs, les Casernes centrales ont logé un Report on Departure au Passport and Immigration Office (PIO) de signaler tout départ de ce commerçant.

A ce stade, l’ADSU ignore encore qui sont les commanditaires de cette cargaison de drogue. Cependant, les enquêteurs soupçonnent que des trafiquants de drogue en prison y sont mêlés. Raison pour laquelle il y a eu une fouille dans les cellules des gros caïds où rien de suspect n’a été découvert. La proximité de Tirania avec Gérald Prosper, bras droit du trafiquant Curly Chowrimootoo, n’est pas inconnue de la police. Cette dernière compte procéder à l’inspection des portables des suspects Oomar Karrimbaccus (51 ans), alias Tirania, Fabrice Hemsley Jean-Pierre (33 ans) et Jean Michel Rosette (33 ans), après avoir sollicité un “Judge’s Order”.

La police avait saisi un téléphone portable Logicom muni de deux cartes SIM et d’une carte mémoire, un téléphone Nokia avec deux cartes SIM, deux appareils Samsung et une carte SIM de la marque Telma, un opérateur de communication à Madagascar. L’équipe du DCP Choolun Bhojoo est confiante de déceler des informations pouvant déboucher sur d’autres interpellations prochainement, d’autant plus que l’interrogatoire du trio a débuté. Néanmoins, cet exercice n’est qu’à un stade préliminaire, les suspects donnant, pour l’instant, des détails personnels sur eux-mêmes et leur profession.

« L’ADSU n’a pas encore abordé les circonstances entourant l’importation de cette drogue », confie-t-on. Et d’ajouter que les suspects pourraient revenir sur leurs versions initiales où ils avaient prétendu que les cinq sacs en raphia contenant la drogue leur avaient été remis par l’équipage d’un chalutier. Celui-ci leur aurait dit qu’il s’agissait de café. Par ailleurs, la police a envoyé un échantillon de l’héroïne saisie au Forensic Science Laboratory (FSL) qui a confirmé sa pureté – au-delà de 60%. Ainsi, cette drogue devait être mélangée avec d’autres substances avant d’être mise sur le marché.

La police estime que ce genre d’héroïne est issu des pavots cultivés en Afghanistan. Cependant, elle a traversé toute l’Afrique pour finalement atterrir à Madagascar où Oomar Karrimbaccus, Fabrice Jean-Pierre et Jean Michel Rosette l’ont récupérée. L’ADSU multiplie les efforts en vue de retracer le propriétaire du hors-bord ayant été utilisé pour transporter cette drogue. Étant donné que l’embarcation ne comporte aucune matriculation pouvant permettre son identification, l’exercice s’avère être plus laborieux.