Le MSC Agata n’a jusqu’à ce jour pas été autorisé à reprendre la mer. Les enquêteurs se penchent toujours sur les 1,55 kg d’héroïne d’une valeur de Rs 23,2 M saisis à bord de ce pavillon libérien, le lundi 24 juin.

Le capitaine ukrainien du bateau devra soumettre un rapport de son trajet en mer. Les caméras à bord seront également analysées.

Les membres de l’équipage, eux, ont été interrogés par les officiers de l’Anti Drug and Smuggling Unit (ADSU). Mais ils ont gardé le silence en ce qui concerne la présence de la drogue.

Le pavillon libérien avait jeté l’ancre à deux milles nautiques de Port-Louis. Il a été remorqué avant d’être inspecté par des éléments de l’ADSU, du Marcoss, des commandos de la NCG et la Customs Anti Narcotics Section (CANS) de la Mauritius Revenue Authority.

La police ignore jusqu’à présent si le colis de drogue devait être livré en mer pour, par la suite, être récupéré par un Mauricien. Ou encore si la transaction devait avoir lieu une fois le bateau accosté.

L’enquête se poursuit.