Le procès du Canadien Allan Stockhall, arrêté le 13 juillet 2009 avec 989,6 g d’héroïne d’une valeur de Rs 15 M, se poursuit devant les Assises. L’audience d’hier a été marquée par la lecture des dépositions de l’accusé à l’ADSU de Rose-Hill, où il soutient être venu à Maurice pour une partie de pêche et qu’un partenaire en affaires lui aurait demandé d’apporter un sac contenant des pierres précieuses pour un ami à Maurice.
David Allan Stockhall avait été arrêté le 13 juillet 2009 à Casela alors qu’il attendait un contact local pour lui livrer un colis. Il avait été intercepté avec 989,6 g d’héroïne, d’une valeur de 15 M, dans un sac d’ordinateur en sa possession. Allan Stockhall avait déclaré ignorer la présence de cette drogue, affirmant qu’il était venu livrer un « cadeau » à un individu à la requête d’un partenaire d’affaires à Madagascar. Il est poursuivi devant les Assises pour “possession of dangerous drugs for the purpose of distribution” et “drug trafficking” selon l’article 41 (3) (4) de la Dangerous Drugs Act. La poursuite est représentée par Mes Rehnu Gowry-Bhurut et Chitra Seervansing-Bharat. David Allan Stockhall, lui, est défendu par Me Deepak Ruthna.
Les dépositions du Canadien consignées à l’ADSU de Rose-Hill ont été lues en cour hier par le Chief Inspector Jean. Dans ses dépositions, Allan Stockhall dit travailler comme consultant pour de nombreuses compagnies internationales et qu’entre le 27 juin et le 12 juillet 2009, il travaillait à Madagascar. Il indique que, pour ses services, la compagnie pour laquelle il agissait comme consultant à Madagascar, lui a offert un séjour à Maurice pour une partie de pêche en haute mer à Grand-Baie. Il devait indiquer qu’avant son départ, un de ses partenaires d’affaires, un certain Norbert, lui aurait demandé d’apporter dans ses valises un colis contenant des pierres précieuses comme « cadeau » pour un ami à Maurice. « J’ai pris le colis sans vraiment savoir ce qu’il y avait à l’intérieur. J’ai fait confiance à Norbert parce qu’on était amis », devait-il soutenir. Le Canadien avait ainsi raconté tout son trajet jusqu’à son arrestation au Casela Bird Park le 13 juillet 2009. Quand la police à ouvert le colis qu’il transportait, Allan Stockhall s’est dit « choqué » et « savait que cela ne présageait rien de bon » quand il a vu qu’il y avait de la poudre à l’intérieur du sac.
Par ailleurs, lors de l’audition de l’ex SP Ramasawmy, Me Deepak Ruthna devait soutenir que les enquêteurs « n’ont pas mené à bien leur enquête » car les caméras de vidéosurveillance se trouvant aux endroits où Allan Stockhall se trouvait le jour des faits allégués n’ont pas été sécurisées. Concernant une déclaration de l’ex-SP Ramasawmy du fait que le Canadien était « anxieux » et « tremblait » lorsqu’il était interrogé par la police, Me Ruthna devait aussi soutenir que c’était dû au fait que son client avait été « oppressé par les enquêteurs ».