Le Canadien David Allan Stockhall, poursuivi devant les Assises après avoir été arrêté avec 989,6 gm d’héroïne saisis dans un sac qu’il transportait, a été appelé à donner sa version des faits en cour, concernant les circonstances qui ont mené à son arrestation et les procédures qui ont suivi. Sur ce fait, Allan Stockhall devait soutenir que les procédures suivant son arrestation « were not sincere » et a aussi fait état d’une déposition qui a pris 17 mois à être complétée.
David Allan Stockhall est poursuivi devant les Assises pour « possession of dangerous drugs for the purpose of distribution » et « drug trafficking » selon l’article 41 (3) (4) de la Dangerous Drugs Act. Il a été arrêté le 13 juillet 2009 à l’entrée du Casela Bird Park alors qu’il avait l’intention de porter un colis à un individu, selon les instructions d’un certain Norbert, qu’il a rencontré lors d’un voyage d’affaires à Madagascar. David Stockhall, qui a été appelé à la barre pour donner sa version des faits en cour, a fait état de plusieurs anomalies survenues après son arrestation. Selon lui, les sachets en plastique contenant la drogue qui avaient été saisis en sa possession étaient différents de ceux qui ont été présentés comme pièces à conviction devant les Assises pour son procès. Le Canadien ajoute qu’après avoir été conduit aux ADSU Headquarters pour ses interrogatoires, il avait été sujet à des intimidations des limiers de l’ADSU et qu’il n’avait pas été avisé de ses droits constitutionnels. Interrogé par son homme de loi, Me Deepak Ruthna, sur les circonstances qui ont suivi son arrestation au Casela Bird Park, David Stockhall a relaté que la police l’a emmené dans un centre commercial à Rivière-Noire pour l’exercice de livraison surveillée. L’accusé a soutenu qu’il avait reçu des appels d’un individu lui indiquant où il pourrait lui transmettre le colis. Toutefois, selon David Stockhall, les policiers qui l’ont accompagné ont ignoré les informations qu’il leur transmettait et après moins d’une heure d’attente, ils l’ont emmené à l’hôtel où il logeait pour inspecter sa chambre. David Stockhall ajoute qu’il a fait l’objet d’une série d’interrogatoires de limiers différents à l’ADSU et déplore qu’une de ses dépositions ait pris 17 mois pour être complétée. L’accusé devait en outre déplorer avoir eu des difficultés à faire des appels afin de pouvoir payer son homme de loi. « My first priority was to retain services of a counsel as I was in a foreign country and did not know what to do », soutient-il.
Le procès se poursuit avec le contre-interrogatoire de David Stockhall. La poursuite est représentée par Mes Rehnu Gowry-Bhurut et Chitra Seervansing-Bharat.