Le procès intenté à Steve St-Pierre et Michael Rayapen, poursuivis pour complicité après la saisie de Rs 15 M de drogue à l’aéroport le 23 juillet 2011, a démarré sur le fond ce matin devant le juge Asraf Caunhye. Toutefois, Me Kailash Trilochun, l’homme de loi de Steve St-Pierre, a logé un point de droit en Cour, en rapport avec le libellé de l’information de l’acte d’accusation contre son client. Le juge Asraf Caunhye, qui préside ce procès, l’a ajourné pour le mercredi 18 novembre, date à laquelle il donnera ses conclusions.
Steve St-Pierre et Michael Rayapen avaient été arrêtés dans le cadre d’une saisie de Rs 15 M de drogue à l’aéroport SSR le 23 juillet 2011. Une ressortissante malgache, Rakotoarimanana Tsialonina Maminirina, avait été interpellée à l’aéroport avec 24 boulettes d’héroïne, soit environ 300 g, soigneusement dissimulées dans ses valises. Une opération de livraison surveillée avait été organisée, permettant l’arrestation du principal destinataire de la marchandise, Jean Billy Didier Louise, un habitant de Stanley âgé de 26 ans. L’ADSU avait également arrêté deux complices présumés, Jean Michael Rayapen, 40 ans, un Bouncer de Grand-Baie, et Jean Steven St-Pierre, 32 ans, agent de sécurité de profession. Une perquisition effectuée au domicile de Rayapen ce jour-là avait débouché sur la saisie d’une importante quantité de gandia et d’héroïne, ainsi que d’une somme de Rs 289 000 en différentes coupures soupçonnées de constituer les recettes du trafic de drogue, et trois téléphones cellulaires.
Lors de la séance de ce matin, Me Kailash Trilochun a avancé un point de droit, remettant en question que le libellé de l’information sur l’acte d’accusation contre son client. Selon Me Trilochun, l’élément de transportation de la drogue n’a pas été clairement spécifié. Selon lui, les articles de la loi sous la Dangerous Drug Act stipulent que pour l’élément de transportation de drogue, les conditions doivent être mentionnées pour que l’acte d’accusation portée contre son client soit valable. Or, il soutient que l’élément de transportation de drogue n’a pas été clairement défini dans l’information de l’acte d’accusation. La poursuite, représentée par Me Raj Baungally, a soutenu quant à elle que plusieurs articles de la loi ont été amendés pour inclure l’élément de transport et que dorénavant cet élément satisfait les conditions pour déterminer un acte criminel. Le juge fera part de ses conclusions mercredi.
Par ailleurs, le deuxième accusé, Michael Rayapen, a bénéficié d’une réduction de la charge portée contre lui. La poursuite avait accédé à sa demande d’enlever l’élément de « trafic » sur l’accusation portée contre lui. Michael Rayapen plaidera coupable devant les Assises sous une charge de « attempt to possess for the purpose of delivery ». Ce dernier, qui est en détention provisoire en attendant son procès, est quant à lui défendu par Mes Raouf Gulbul et Neelkanth Dulloo.