Poursuivi pour trafic de Subutex, Yvan François Joffre Agathina, un coiffeur réunionnais de 26 ans, a comparu devant les Assises ce matin. Il a informé la cour qu’il n’a pas les moyens de retenir les services d’un avocat et a demandé une assistance juridique. Son affaire sera de nouveau appelée le 15 octobre. Il avait été appréhendé en 2010 dans les toilettes publiques de Pereybère avec, dans son sac, 655 tablettes de Buprénorphine.
En 2014, ce coiffeur habitant le complexe Saint-Exupéry, à Saint-Denis, avait été appréhendé sur la plage de Pereybère avec, dans son sac, une importante quantité de Subutex destinée au marché local. La valeur marchande de la drogue est estimée à Rs 1,6 million. Si Yvan François Agathina avait pu déjouer le contrôle au Sir Seewoosagur Ramgoolam International Airport en traversant la douane avec 655 tablettes de Subutex dans ses bagages, il a cependant été vite rattrapé par les hommes de l’ADSU (Metropolitan), soit à peine trois heures après son débarquement (le suspect avait débarqué à Plaisance à 13 h 15 sur le vol de La Réunion MK 0219 pour être arrêté à 16 h 30).
En principe, François Agathina devait descendre au Casa Florida, dans le nord, pour y passer des vacances. Suivant des instructions reçues du commanditaire de la cargaison, le passeur devait se rendre presque tout de suite dans les parages des toilettes de la plage publique, sans savoir que des membres de l’ADSU étaient en filature sur place sur la base d’indications d’un informateur.
L’escouade de l’ADSU ne devait en outre avoir aucune difficulté à l’identifier, le coiffeur français ayant une démarche suspecte. Dans un premier temps, l’homme avait pris place sur une banquette de la plage avec un sac à dos avant de se diriger vers les toilettes, où les policiers sont passés à l’action. Une fouille corporelle ne devait rien donner. Mais un sac en plastique, portant l’inscription “Aelia Duty Free” contenant une chaussette allait retenir l’attention des officiers de l’ADSU. Quelque 655 tablettes de Subutex, enveloppées dans du papier transparent, y avaient été soigneusement placées. Le suspect a  confirmé que les stupéfiants étaient destinés au marché local. Il répond d’une charge de “Drug Dealing with Aggravating Circumstances – Importation of Dangerous Drug (Buprenorphine) with an averment of Trafficking”.