Initialement poursuivi pour trafic de Subutex, Yvan François Joffre Agathina, un coiffeur réunionnais de 26 ans, a comparu aux Assises ce matin. Le DPP a revu la charge pesant contre lui. L’accusé sera désormais poursuivi uniquement pour importation et possession de drogue. Il a signifié son intention de plaider coupable. Son procès prendra sur le fond le 17 novembre.
Yvan François Joffre Agathina était initialement poursuivi sous une charge de “Drug Dealing with Aggravating Circumstances – Importation of Dangerous Drug (Buprenorphine) with an averment of Trafficking”. Pour cause : ce Réunionnais avait été interpellé avec 655 tablettes de Buprenorphine à Péreybère. Il avait toutefois logé une demande par le biais de son homme de loi, Me Burty François, commis d’office, afin que la charge de trafic de drogue soit revue. Le Directeur des poursuites publiques a accédé à sa demande. Yvan François Joffre Agathina sera donc désormais poursuivi seulement sous les charges d’importation et de possession de drogue. Il a dès lors signifié son intention de plaider coupable. Son procès sera entendu sur le fond le 17 novembre.
En 2010, Yvan François Joffre Agathina, un coiffeur Réunionnais habitant le complexe St-Exupéry, à Saint-Denis, était arrivé à Maurice à 13 h 15 sur le vol MK 0219 en provenance de l’île soeur. Il avait déjoué les systèmes de contrôle de l’aéroport de Plaisance avec, dans ses bagages, 655 tablettes de Subutex. La drogue, d’une valeur marchande de Rs 1,6 M, était destinée au marché local.
En principe, François Agathina devait descendre au Casa Florida, dans le nord, pour y passer des vacances. Le Réunionnais s’était alors rendu sur la plage publique de Pereybère, suivant ainsi les instructions du commanditaire de la cargaison, qui devait l’attendre près des toilettes publiques. Yvan François Agathina ne savait alors pas que des membres de l’ADSU se trouvaient déjà sur place sur la base des renseignements d’un informateur. Ces derniers n’ont pas eu de mal à reconnaître le coiffeur réunionnais, tant celui-ci affichait une allure suspecte. Dans un premier temps, celui-ci avait en effet pris place sur une banquette sur la plage avec son sac à dos, avant de se diriger vers les toilettes à 16 h 30. C’est à ce moment que la police est passée à l’action. L’homme était en possession d’un sac en plastique portant l’inscription “Aelia Duty Free” et contenant une chaussette, où se trouvaient 655 tablettes de Subutex enveloppées dans du papier transparent.