Le MSC Agata a pu reprendre la mer la semaine dernière. Il se trouvait dans la rade de Port-Louis depuis le 24 juin après que 1,55 kg d’héroïne, valant Rs 23,2 M, avait été découvert à bord. Les membres d’équipage, dont le capitaine ukrainien, avaient été soumis à un test ADN, au cours duquel ont été comparées des données relevées sur un tissu utilisé pour cacher la drogue. Mais les résultats se sont avérés négatifs. De plus, les marins ont nié toute connaissance de la présence d’héroïne à bord. L’ADSU n’a noté aucune information suspecte lors de l’interrogatoire de la vingtaine des membres d’équipage qui n’ont finalement pas été inquiétés.

À ce stade, les enquêteurs ignorent à qui était destiné le colis d’héroïne. Mais une source aux Casernes centrales indique que l’enquête est toujours en cours. Le cargo MSC Agata avait jeté l’ancre à deux milles nautiques de Port-Louis, en attendant l’autorisation de la Mauritius Ports Authority pour qu’il entre dans la rade. Mais ayant appris qu’il y avait de la drogue à bord, l’équipe du sergent Armance du “Landing Step”, accompagné des commandos de la National Coast Guard et des membres de la Mauritius Ports Authority sont montés à bord pour assurer le remorquage du navire jusqu’au port.

Les policiers ont, par la suite, fouillé le cargo en présence du capitaine ukrainien Kopanoy Oleksandr et du Security Officer du cargo, le Grec Kotsovolos Andreas. Dans le recoin d’une plate-forme, la police a découvert un morceau de tissu sur lequel était inscrit “Ford”. En l’ouvrant, l’ADSU a découvert un sachet en plastique renfermant une substance soupçonnée d’être de l’héroïne. Un “field test” a confirmé qu’il s’agissait de cette drogue.

La drogue pesant 1,55 kg est évaluée à Rs 23 250 000. La police a attendu quelques heures pour noter la présence suspecte de tout individu aux alentours du MSC Agata. Finalement, l’opération a été annulée. L’interrogatoire du capitaine et du Security Officer le lendemain n’a apporté aucun élément concret à l’enquête.