Vomanen Arekin, qui fera face à un procès devant les Assises pour possession et trafic de drogue aux côtés d’un Sud-Africain, avait fait une demande de remise en liberté devant la Bail and Remand Court (BRC) le 8 octobre, indiquant que le délai pour loger l’affaire devant les Assises n’avait pas été respecté. Toutefois, la magistrate Diya Beesoondoyal a rejeté sa demande dans un « ruling » rendu la semaine dernière.
Après avoir essuyé deux revers devant la BRC, Vomanen Arekin, éboueur de profession, a fait une nouvelle demande de remise en liberté sous caution devant cette instance au début de ce mois. Dans ces précédentes demandes, son homme de loi avait indiqué que le délai à observer après l’arrestation de son client jusqu’à ce que l’affaire soit logée devant les Assises n’avait pas été respecté son client étant en détention préventive depuis 2 ans. La cour avait toutefois rejeté les deux requêtes, stipulant qu’aucune entorse à la loi n’avait été commise. Par ailleurs, le 6 juillet dernier, la cour a été informée que l’enquête policière dans cette affaire était terminée et que l’affaire avait été logée devant les Assises le 8 août. Avant cette nouvelle demande de remise en liberté, le prévenu a comparu devant les Assises à deux reprises, mais la date de son procès n’a pas encore été fixée.
Le prévenu a toutefois voulu renouveler sa demande devant cette même instance. La police a objecté à sa remise en liberté, soutenant que le prévenu pourrait fuir la justice ou encore être tenté de commettre un nouveau délit.
Dans son « ruling », la magistrate Beesoondoyal a conclu qu’il a de sérieux risques que le prévenu tente de fuir s’il obtient la liberté conditionnelle, vu la gravité du délit. Elle a aussi soutenu que le prévenu pouvait être tenté de récidiver, le trafic de drogue étant devenu un « business lucratif ». La magistrate a de fait rejeté la demande, stipulant par ailleurs que, désormais, toute nouvelle demande devra être faite devant les Assises vu que le prévenu s’est déjà présenté devant cette instance à deux reprises.
Vomanen Arekin avait été arrêté le 13 juin 2013 lors d’un exercice de livraison surveillée alors qu’il était venu prendre possession d’un sac contenant de l’héroïne à l’arrière d’un arrêt d’autobus près du Bagatelle Mall. Vomanen Arekin aurait été en contact avec un passeur sud-africain, un dénommé Pieter Hendrick Gouws, qui avait, lui, été arrêté dès son arrivée à l’aéroport avec 500 g d’héroïne d’une valeur marchande de Rs 7 314 450. Vomanen Arekin, qui avait donné des instructions par téléphone au Sud-Africain pour déposer le sac derrière un arrêt d’autobus, avait été intercepté par la police sur l’aire de stationnement du centre commercial alors qu’il tentait de prendre la fuite avec sa livraison de drogue.