Tournant majeur en cette fin de semaine dans les enquêtes initiées dans le cadre de la lutte contre le trafic de drogue. En effet, l’Independent Commission Against Corruption a convoqué formellement l’un des premiers hommes de loi dont le nom figure dans le karne laboutik en sa possession. Me Rex Stephen, qui a retenu les services de Me Gavin Glover, Senior Counsel, est interrogé Under Warning dans les locaux de l’ICAC au Réduit Triangle. L’une des raisons derrière cette convocation, qui devrait relancer la polémique au niveau du barreau par rapport aux relations avec les hommes de loi, demeure les liens entretenus par Me Stephen avec le prisonnier Peroumal Veeren, présenté comme le parrain des parrains, et purgeant une peine de prison d’une trentaine d’années. En parallèle, un autre proche collaborateur de ce même Peroumal Veeren, le prisonnier à la chaîne en or de plus de Rs 1 million dans sa cellule, l’ancien Prison Officer Oumeshlall Ramsurrun, âgé de 42 ans, a été placé en état d’arrestation et se retrouve sous le coup d’une inculpation provisoire de Money Laundering sous la section 3 (b) du Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act (FIAMLA). Il a comparu ce matin devant le tribunal de Mahébourg. De son côté, le Custom Broker et Star Witness-In-Waiting Navind Kistnah poursuit ses aveux aux limiers de l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU), menés par le surintendant Azima dans les locaux du CID de Port-Louis Sud. Me Neelkant Dulloo, dont les services ont été retenus conjointement avec Me Rama Valayden, se déclare satisfait du déroulement de cet interrogatoire avec pour objectif le démantèlement le réseau des compresseurs d’héroïne.
Dans la conjoncture, l’ICAC a tiré le premier au sujet du volet consacré aux hommes de loi même si la commission d’enquête présidée par l’ancien juge de la Cour suprême Paul Lam Shang Leen a compilé depuis la fin de l’année dernière un dossier des plus accablants au sujet de la connexion entre des trafiquants de drogue et des membres du barreau. Ainsi, la décision de convoquer Me Stephen pour interrogatoire Under Warning vient s’ajouter à un climat de méfiance entre les autorités et la communauté des hommes de loi.
Les dernières directives du commissaire des Prison, Vinod Appadoo, au sujet des visites des hommes de loi à la prison suscitent de vives protestations. En effet, compte tenu des relevés de visites des avocats à la prison au cours de ces dernières années, la direction de la Prison a imposé des critères et des conditions pour ces visites. Une série d’informations sont désormais réclamées des avocats avant que toute demande de visite à un détenu soit agréée. Le Bar Council, qui s’est élevé contre cette démarche, devait reprendre la question avec les autorités compétentes vu qu’il y va de la confidentialité des échanges entre avocats et clients. L’interrogatoire formel de Me Stephen par l’ICAC, engagé depuis ce matin, devrait se greffer sur les récriminations émanant du barreau.
Très peu d’indications formelles ont transpiré quant aux faits reprochés à cet avocat allant jusqu’à une convocation formelle d’un homme de loi. Les deux seuls détails confirmés sont que Me Stephen a retenu les services de Me Gavin Glover, SC, et que la teneur de la séance de questioning a trait aux relations entre l’homme de loi et Peroumal Veeren. Ni plus ni moins dans la matinée alors que l’exercice était en cours.
Toujours du côté de l’ICAC et de l’enquête sur les saisies record d’héroïne en série et les délits éventuels de blanchiment de fonds, un autre suspect a été placé en état d’arrestation. L’ex-Prison Officer Ramsurrun, qui a passé la nuit d’hier en cellule policière, a comparu devant le tribunal de Mahébourg pour des accusations provisoires de blanchiment de fonds. Recherché par l’ICAC depuis le début de la semaine, il s’y est rendu de son propre gré hier. Cet ancien officier de la Prison confirme avait fait la connaissance du prisonnier Peroumal Veeren en 2003 quand il était encore de service. Il nie catégoriquement les accusations de trafic de drogue pour le compte du même Veeren portées contre lui. Il ajoute qu’il devait faire un business de lavage de voitures avec le dénommé Lucknarain Dookhit, qui est également son voisin. Ce dernier a également été inculpé dans cette même enquête. Il a aussi avoué avoir accompagné Maitab Phutully, arrêtée également par l’ICAC, en Irlande pou un long séjour.
Confronté à ses 14 voyages en Afrique du Sud de janvier 2014 à janvier 2017, Oumeshlall Ramsurrun répond qu’il se rendait dans ce pays pour aller à la rencontre d’une de ses partenaires. Toutefois, lors de la perquisition effectuée en son domicile en début de semaine, l’ICAC a saisi deux import invoices au nom de Kun Management INT Ltd et de Lucknarain Dookhit. Ces documents concernent les importations de heavy duty equipments, comme des water pumps et autres breakers, utilisés comme paravent pour le trafic de drogue dans des compresseurs. Un autre lien commun entre ces documents d’importation et les compresseurs contenant les 135 kg d’héroïne et 20,34 kilos des 9 et 24 mars derniers est que le contact en Afrique du Sud est le même, soit Adendorf Machinery Mart.
Par ailleurs, l’interrogatoire formel de Navind Kistnah se poursuit aux Casernes centrales. L’ADSU a consigné sa version des faits lors d’une nouvelle séance hier, après sa comparution en Cour de Port-Louis. À la fin de cette séance, Me Dulloo exprimé sa satisfaction par rapport à la sécurité entourant son client. « L’homme ki gagne pli beaucoup protection à l’île Maurice en ce moment c’est Navind Kistnah. Better than the Prime minister », souligne-il. Me Dulloo a ajouté que l’enquête avance à « petit pas » vu que la police doit vérifier certaines informations.
Au sujet du déroulement de cette enquête, Me Dulloo a tenu à s’appesantir sur le fait que « la polis pa pe fors mo klian (Navind Kistnah) pou dir bann zafer ou pe impute bann zafer ki mo klian pa inn dir ».