Les tentacules du parrain des parrains, Peroumal Veeren, qui purge une peine d’une trentaine d’années de prison pour trafic de drogues, sont actuellement passées à la loupe. Que ce soit du côté de l’enquête de l’Independent Commission against Corruption (ICAC) ou dans le cadre du déroulement de la commission d’enquête sur la drogue, présidée par l’ancien juge de la Cour suprême Paul Lam Shang Leen, sans compter les confessions de Navind Kistnah à l’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU) sur les deux saisies de 135 kilos et de 20,34 kilos d’héroïne, d’une valeur marchande de Rs 2,5 milliards, l’étau se resserre autour de Peroumal Veeren, qui est actuellement en Solitary Confinement à la prison centrale de Beau-Bassin. Les derniers détails versés dans ces différents dossiers tendent à aller dans le sens qu’un réseau avait été mis en place, tout en s’appuyant sur ce que certains appellent « la faiblesse et la vulnérabilité » des parties concernées.
Ainsi, devant la commission d’enquête Lam Shang Leen, en attendant la convocation plus que certaine de certains membres du barreau, se poursuit le défilé des Prison Officers, dont les numéros de téléphone cellulaire ont été relevés dans des mémoires de portables saisis sur des prisonniers, dont Peroumal Veeren et le dénommé Ner. Les témoignages des deux officiers de la prison entendus hier par la commission ont fourni des “insights with direct evidence” quant au Modus Operandi des trafiquants de drogues opérant à partir de leurs cellules (voir le compte rendu des travaux de la Commission Lam Shang Leen en pages 4 et 5).
De son côté, l’ICAC continue de maintenir la pression sur le volet de “Money Laundering” avec la convocation pour interrogatoire “Under Warning” d’un des juniors des Astor Law Chambers, dirigés par Me Rex Stephen. Me Bernard Marie, qui a bénéficié d’un paiement de Rs 50 000 des Rs 1,5 million versées par le dénommé Peroumal Veeren, a été longuement entendu dans les locaux de l’ICAC. Il a retenu les services de Me Antoine Domingue, Senior Counsel, et de l’ancien Attorney General Yatin Varma.
La convocation de Me Marie fait suite à l’interrogatoire du Legal Clerk des Astor Law Chambers, Nawaz Aboobakar, au sujet de la répartition des Rs 1,5 million obtenues à travers de tierces parties du prisonnier Peroumal Veeren. Il avait fait comprendre aux enquêteurs de l’ICAC qu’il avait remis une somme de Rs 50 000 à Me Marie, qui fait partie de l’étude de Me Rex Stephen. L’avocat a été interrogé sur la pertinence de ces “Legal Fees” et de ses contacts avec ce prisonnier.
Comme dans le cas de Me Stephen, vendredi dernier, l’autorisation du commissaire de police, Karl Mario Nobin, s’impose avant toute interpellation et éventuelle inculpation provisoire. Dans le cas de Me Rex Stephen, avec une somme de Rs 748 500, saisie en liquide dans une armoire à son bureau de l’Astor Court, et un éventuel délit de “Money Laundering”, l’Office of the Director of Public Prosecutions aurait déjà retourné le dossier à la police et à l’ICAC pour des compléments d’informations au niveau de l’enquête. Mais très peu de détails ont transpiré quant à la teneur des “queries” du DPP à ce sujet.
Deux autres membres de la profession légale, dont un ne faisant pas partie des Astor Law Chambers, devront également être interrogés par l’ICAC dans le cadre de cette même enquête. En principe, ces Rs 1,5 million versées par Peroumal Veeren devaient servir pour financer les frais d’honoraires des hommes de loi dans « des cas criminels à venir contre lui et des membres de sa famille ».
Au QG de l’ADSU, l’interrogatoire formel de Navind Kistnah, en présence de ses hommes de loi, dont Me Neelkant Dulloo, se poursuit quasi quotidiennement, les enquêteurs procédant à des vérifications de manière systématique avant de passer à l’action sur le terrain ou encore de confronter les autres suspects en détention policière.