L’Anti-Drug and Smuggling Unit (ADSU), qui est déjà en présence d’indications préliminaires des  informations sur le réseau derrière la plus importante cargaison d’héroïne saisie dans cette partie de l’océan Indien, met actuellement la dernière main en vue de l’interrogatoire de Navin Kistnah, 34 ans, Custom Clerk de son état et habitant Petite-Rivière. Ainsi, tout semble indiquer que ce suspect fait durer le suspense quant à ses confessions susceptibles de pouvoir démanteler d’importants pans de la mafia de la drogue à Maurice. Ce matin, il a comparu sous forte escorte policière devant le tribunal de Port-Louis pour la reconduction de sa détention en cellule policière.
Comme ce fut le cas lundi dernier, la direction générale de l’ADSU n’a pas lésiné sur les moyens déployés pour assurer la sécurité de Navin Kistnah lors de son déplacement des Casernes centrales à la New Court House. Tout l’arsenal y était, du véhicule blindé au gilet pare-balles, en passant par le casque intégral antiémeute. Pour cause : la police se dit convaincue qu’au vu des derniers développements, la tête de celui qui pourrait aspirer à lorgner le statut de Star Witness avec le feu vert de l’Office of the Director of Public Prosecutions est mise à prix. Sa détention policière a été reconduite pour deux principales raisons, la propre sécurité du suspect et le fait que l’interrogatoire n’a pas encore démarré.
À ce jour, la quasi-certitude est que l’ADSU est déjà en présence d’une première série de noms, dont le prisonnier Peroumal Veeren, qui est aussi sur la liste des suspects potentiels de l’Independent Commission Against Corruption pour des délits de Money Laundering sous les dispositions de la Financial Intelligence and Anti-Money Laundering Act. En dépit de ces révélations d’un homme « from inside », les arrestations de l’ADSU se font au compte-gouttes.
Dans la conjoncture, une explication plausible est que ceux qui ont été dénoncés, comme Peroumal Veeren ou encore le clan des Chowrimootoo, purgent déjà de longues peines de prison et il n’y a aucune urgence de monter des opérations d’arrestation. Ce détail vient confirmer les allégations que les plus importantes importations d’héroïne sont contrôlées par des trafiquants de drogue à partir de la prison à travers des exécutants en liberté à différents niveaux pour faciliter le trafic.
Toute confirmation formelle de ce scénario devra être obtenue au démarrage de l’interrogatoire formel de Navin Kistnah d’ici la fin de la semaine. Du côté des hommes de loi dont les services ont été retenus par le Custom Clerk, en l’occurrence Mes Rama Valayden et Neelkant Dulloo, l’on se dit prêt pour cette étape suite à des consultations avec la direction générale de l’ICAC, vendredi dernier.
Pour sa part, l’ADSU met au point les derniers détails techniques, que ce soit en matière de sécurité et de logistique, pour l’enregistrement des aveux de Navin Kistnah…