La saison 2017-18 sera marquée par de profonds changements. La Fédération mauricienne de basket-ball (FMBB) a en effet approuvé, mercredi soir au cours d’une réunion de son comité directeur, la nouvelle formule de la Super League. On se dirige donc vers un championnat remodelé, le tout dans l’optique d’offrir plus de compétitions aux équipes locales.
C’est finalement la formule proposée par l’ancien arbitre international Bennon Soobiah qui a été adoptée. À savoir l’idée d’un championnat en trois temps. D’abord, une ligue simple à dix, puis, un championnat en deux manches à six, et finalement les play-offs, qui seront disputés entre les quatre premières équipes. La finale se jouera en trois manches au lieu de deux. « Le but de ce changement est d’offrir le maximum de temps de jeu aux équipes », explique Hedley Han, président de la FMBB.
Mais les équipes de D1 ne seront pas en reste. En fait, cette compétition se tiendra parallèlement à la Super League. Cette fois, les quatre premiers au classement de la D1 disputeront les play-downs contre les quatre derniers de la Super League. « Rien ne sera acquis. Avec cette formule, la motivation sera plus présente. Tout pourra arriver jusqu’à la fin du championnat. »
Cependant, les clubs devront encore patienter pour connaître la date du coup d’envoi des hostilités. La raison est simple, ils auront l’obligation de fournir des arbitres et des officiels de table. « C’est une clause qui avait été mise en veilleuse. Nous allons la remettre en pratique. » Que prévoit cette clause ? Selon les dispositions des statuts de la FMBB, les clubs qui n’auront pas rempli cette obligation se verront infliger une pénalité de trois points. « Les équipes devront fournir deux arbitres. C’est non négociable », affirme Hedley Han. Les arbitres doivent toutefois remplir une condition sine qua non : ils doivent être reconnus par la FMBB. « Cela peut être un joueur ou un entraîneur. »
Autre condition à remplir : le joueur ou entraîneur ne pourra officier dans la division où il évolue. Ainsi, un joueur de Super League sera appelé à officier en D1, et vice-versa. « Ce serait contre la logique », note encore Hedley Han. Autre point de l’équation : les arbitres devront officier à un minimum de 75% des rencontres. « Par exemple, s’il y a 90 matches de Super League, il faudra qu’il officie pendant trois-quarts de ce total. Il ne faut pas que cette mesure s’applique pour quatre ou cinq matches. »
C’est donc dans cette optique que les arbitres et les officiels de table seront conviés à une formation. « Les clubs devront prendre leurs responsabilités. De notre côté, nous nous assurerons que les officiels soient bien formés. » Cette mesure pourrait, si les clubs ne jouent pas le jeu, entraîner un retard dans le coup d’envoi des championnats. En effet, la FMBB compte bien camper sur sa position en ce qui concerne l’arbitrage. « Si nous n’avons pas le nombre d’arbitres et d’officiels de table requis, nous allons renvoyer le début de la compétition. »
Outre la Super League et la D1, la FMBB compte organiser des compétitions régionales. Il faudra toutefois établir les paramètres de la compétition. « Si tout se passe bien, ce championnat devrait débuter en décembre. Pour l’instant, nous allons donner la priorité à la Super League et à la D1 », indique Hedley Han.