« Remake ine fini fer, nek reste pou ki lasemblé délégé MMM approuvé ! » C’est le leader de l’alliance MSM-MMM qui l’a dit à la presse hier après-midi à l’issue de la réunion entre les deux partis tenue à La Caverne. Sir Anerood Jugnauth a évoqué les grandes lignes de cet accord qui repose sur un partage de 30-30 des investitures et a assuré que tous les problèmes qui étaient en suspens ont été réglés. « Péna okenn macadam, c’est enn smooth sailing aster, nou pé al galvanise nous bann troupes », a-t-il déclaré alors qu’il était interrogé par la presse.
Répondant à d’autres questions, il a aussi ironisé sur la déclaration du secrétaire général du PTR, Lormesh Bundhoo, selon laquelle « SAJ ne sera jamais le challenger de Navin Ramgoolam » et a aussi renvoyé le Premier ministre qui accuse l’opposition de débaucher ses membres à ce qui avait été fait « lepok so papa » et que c’est plutôt « dan zot kiltir » que le débauchage a cours. Référence faite à la période 1976-82 qui vit des élus du MMM changer de bord contre certains avantages offerts par sir Seewoosagur Ramgoolam.
Quant à Paul Bérenger, il n’était pas moins enthousiaste que SAJ à l’issue de la réunion d’hier. « Le remake est done, c’est pas on, c’est done«  insistait-il tout en regrettant qu’il n’y ait pas eu d’accord pour inclure Ashock Jugnauth. Il a aussi précisé que tous les problèmes en suspens avaient été résolus et qu’un calendrier avait été arrêté pour les jours à venir.
Le leader du MMM a ainsi indiqué que le bureau politique de son parti se réunira demain comme à l’accoutumée et qu’il sera informé par lui-même et Alan Ganoo que les discussions avec le MSM ont été « conclues à notre entière satisfaction ». Le lendemain, mardi, à 14 heures, il y aura une nouvelle rencontre SAJ-Pravind Jugnauth et le duo Bérenger-Ganoo pour une mise au point du calendrier de travail.
Puis, ce sera à un comité de cinq membres du MSM et cinq du MMM, toujours sous la présidence de SAJ, de se réunir jeudi à 15 heures pour l’organisation pratique de la mobilisation du 1er mai à Port-Louis et du rassemblement lui-même. C’est le même jour que se réunira aussi le comité central spécial du MMM qui sera informé des derniers développements survenus, à savoir que le « remake is done ».
Avec l’évolution des événements, l’assemblée des délégués prévue samedi prochain est maintenue et, mieux, les participants seront appelés à voter massivement en faveur du remake, a dit hier après-midi Paul Bérenger.
Le remake n’était pas acquis avant la réunion d’hier. Paul Bérenger aux célébrations de l’Hôtel Manisa vendredi soir, ne disait-il pas que « remake ou pas remake » il était heureux de ses retrouvailles avec SAJ et qu’ils se sont réconciliés. « Pa selma pouvoir ki konté mais sentiman ek lamitié », devait-il déclarer. Ce qui fait que certains, dans les deux camps d’ailleurs, étaient encore sceptiques quant à la concrétisation de ce remake.
Il y avait le problème Ashock Jugnauth mais ce dernier leur a en quelque sorte facilité les choses en déclarant publiquement et très honnêtement d’ailleurs vendredi après-midi que s’il fallait qu’il renonce à une investiture au N°8, il ne serait pas intéressé à faire partie du remake. Le leader du MMM, qui l’avait rencontré plus tôt, n’a pas caché son chagrin devant la tournure des choses, bien qu’il lui ait offert une autre circonscription ou un poste d’Attorney General ou de Speaker.
S’agissant des investitures, pas de gros problème non plus, laissent entendre les deux partis qui ont décidé de mettre cette question en parenthèses, l’objectif immédiat étant de faire une démonstration de force le 1er mai. Avec 30 investitures allant à chaque parti, il s’agit maintenant de les attribuer sans faire trop de vagues et avec le souci aussi de faire un maximum de place aux femmes, ce qui ne s’annonce pas évident d’après les informations qui ont transpiré des discussions tenues jusqu’ici.
Au N°17, l’équipe d’élus actuels, composée du trio Éric Guimbeau, Steve Obeegadoo et Satish Boolell, ne devrait subir aucune modification, tandis que pour d’autres circonscriptions, comme le N°1, les pourparlers continuent quant à la meilleure formule devant satisfaire les principaux intéressés.