« Si je deviens Premier ministre, je le mettrai en prison pour les crimes qu’il est en train de commettre contre le pays. » Propos de sir Anerood Jugnauth, mardi soir, lors d’un congrès du Mouvement Socialiste Militant (MSM) à Petit-Raffray, dans la circonscription N°6 (Grand-Baie/Poudre-d’Or). À cette occasion, le député Ashit Gungah a renouvelé son allégeance au MSM et a nié qu’il se joindrait au Parti travailliste comme veulent le faire croire certaines rumeurs.
Selon l’ancien Premier ministre, le plus grand crime commis par le Premier ministre actuel est la distribution des terres de l’État à ses agents et à des hommes d’affaires alors que le pays se trouve en difficulté économique. « L’économie est en faillite », a-t-il déclaré, avant de rappeler le début des années 80 lorsque sous le règne de sir Seewoosagur Ramgoolam, « le pays était en banqueroute. » « Les caisses de l’État étaient vides, nous croulions sous des dettes, il y avait 80 000 chômeurs, les travailleurs ne pouvaient manger deux repas par jour, la roupie était dévaluée à 50 % et l’inflation battait sur la barre de 30/35 %. C’était vraiment un enfer », a-t-il martelé, avant d’ajouter : « Si Navin Ramgoolam était à ma place, le pays aurait disparu et il aurait donné raison aux Anglais qui avaient dit que Maurice est pauvre, qu’elle ne s’en sortira pas économiquement et que la population devrait émigrer. » SAJ a également rappelé comment il avait, en tant que Premier ministre, mis les villes et les villages sur le même pied d’égalité en faisant construire des infrastructures routières afin d’améliorer les conditions de vie de la population.
Selon sir Anerood, le pays a pris actuellement le chemin de la dégringolade et il se dirige droit au précipice avec des dettes de l’ordre de Rs 200 milliards. « Nos difficultés vont continuer car l’Europe aussi est en difficulté et ça devrait persister dans les années à venir. Dans ces conditions, il faut savoir gérer le pays afin d’éviter l’enfer. C’est la raison pour laquelle nous voulons des élections générales au plus vite », dit-il. Sir Anerood a, par ailleurs, voulu faire taire les rumeurs d’un rapprochement entre le MSM et le Ptr et que « swa dizan MMM pe koz ar Ptr. » « Pensez-vous que nous allons réintégrer cette alliance que nous avons quittée ? Jamais. Le jour où cela arrivera, mo kit tou mo ale. » Sir Anerood Jugnauth a aussi parlé de la drogue qui, selon lui, fait des ravages actuellement dans tout le pays. « Aujourd’hui, la drogue est entrée dans tous les villes et les villages et les aussi dans les collèges. On raconte qu’il y avait les Amsterdam Boys lorsque j’étais Premier ministre. Mais il faut savoir que les députés arrêtés à Amsterdam étaient tous des membres du Ptr », a-t-il affirmé. Il a dit qu’il avait, lui, le courage de mettre de l’ordre dans le pays malgré les menaces de mort.
S’agissant des petits planteurs qui sont nombreux dans cette partie de l’île, sir Anerood a dit que leur nombre est en train de diminuer — de 29 000 en 2005, il est passé à 19 000 et plus de 20 000 arpents de terre ont été abandonnées ces dernières années. Il affirme vouloir sortir le pays de sa crise actuelle mais, a-t-il insisté, « sans les soldats que vous êtes, je ne pourrai rien. » Vinay Sobrun du MMM et Pravind Jugnauth, leader du MSM, ont également pris la parole à ce congrès présidé par Ashit Gungah.