Le PRB 2016 était jusqu’ici à la base d’une anomalie jugée « discriminatoire » dans le secteur primaire. Une recommandation indique que ceux qui devaient être nommés Deputy Head Masters (DHM) toucheraient dans la même année trois « increments ». Une augmentation de salaire qui a eu pour résultat que les « juniors » touchaient plus de Rs 3 000 que les « seniors ». Après s’être tournée vers plusieurs instances, la Government Teachers Union (GTU) est parvenue à un accord avec les autorités. Tous les DHM percevront ainsi dorénavant un salaire de Rs 43 850.
Le Central Implementation and Monitoring Committee du Service civil, réuni la semaine dernière, a permis une sortie de crise dans le cas des anomalies dans les salaires des Deputy Head Masters. La GTU, qui réclamait « justice » pour les seniors, a trouvé un terrain d’entente avec les autorités concernées. Il faut dire que le dernier rapport du PRB avait provoqué la colère chez les assistants maîtres d’école, qui se sont retrouvés dans une situation où ceux qui venaient d’être nommés touchaient un salaire de Rs 43 850 alors que ceux qui étaient en poste depuis longtemps percevaient Rs 37 775, Rs 40 800 ou Rs 40 800.
Dans un premier temps, le bureau du PRB avait reconnu l’erreur. Mais dans la pratique, pour le service civil, le réajustement s’annonçait plus compliqué. La GTU avait même menacé de descendre dans la rue pour « réclamer justice ». Un relevé dans les différentes écoles des quatre zones éducatives avait démontré qu’environ 600 DHM étaient concernés par cette anomalie.
Lors de la réunion de la semaine dernière, les deux parties sont tombées d’accord sur un salaire uniforme de Rs 43 850. Vinod Seegum, président de la GTU, qui s’est personnellement investi dans ce combat, se dit satisfait de ce dénouement. « Toutefois, le principe de réajustement avec effet rétroactif n’a pas été accepté. Les nouveaux salaires étaient appliqués depuis janvier 2016. Donc, les seniors ont été pénalisés pendant plus d’un an. » Ce dernier rappelle également avoir écrit à la ministre de l’Education, avoir eu une rencontre avec le ministre du Service civil en personne, et avoir évoqué la question également avec le Premier ministre, avant de parvenir à un tel résultat. « C’est la première fois que nous nous sommes retrouvés dans une telle situation. Il a fallu mettre la pression et menacer de descendre dans la rue pour faire bouger les choses. »
Vinod Seegum attire l’attention sur une autre situation risquant d’être semblable à l’anomalie chez les DHM. « Il y a un groupe d’enseignants qui ont déjà commencé un cours au MIE en vue d’obtenir leur teachers’ diploma. Selon les règlements, auparavant, ceux qui suivaient une nouvelle formation avaient droit à un “increment”. Mais le dernier PRB est venu abolir ça. Toutefois, les nouveaux qui entreront dans le service avec ce même diplôme seront eux considérés. Au final, nous nous retrouverons une nouvelle fois avec des juniors touchant plus que des seniors. Nous avons demandé à considérer ceux qui avaient déjà commencé leur formation avant le rapport du PRB. » Environ 400 personnes sont concernées par cette situation.