Jane Ragoo

La Confédération des travailleurs du secteur privé (CTSP), lors d’une conférence de presse dans la capitale hier, revendiquait les droits des employés du Mauritius Sports Council (MSC), aussi présents. Ces derniers ne seraient pas bien traités au point de vue salarial et quant à leurs droits légitimes.
« Les conditions de travail à la Mauritius Sports Council sont déplorables », selon la secrétaire général de la CTSP, Jane Ragoo. Les contrats de travail, dont le salaire de ces employés, sont maigres et « il était temps d’intervenir et de mener un combat à leur côté », affirme la syndicaliste. De plus, il existe une « disparité extraordinaire » au plan salarial. « Li pa normal ki bann employe ki ena plis ki douz an servis ena mem saler ki bann seki fek rantre, san oken plan ogmantasyon. E lorla, problem la pa zis ek bann travayer maniel me osi bann resepsionis et sekreter ; pena okenn striktir salarial », s’indigne-t-elle.
Les contrats n’étant pas en bonne et due forme, soutient-on, un document a été transmis au directeur de la MSC en vue d’y remédier, mais ce dernier, selon la CTSP, aurait pris le cas à la légère et aurait indiqué qu’il allait faire le nécessaire pour ses employés d’ici fin janvier 2014. Une réponse jugée insatisfaisante par les employés de la MSC qui « nepli kapav atann », aux dires de la représentante de la CTSP. L’heure étant venue de passer à l’étape supérieure, Jane Ragoo explique qu’une réunion se fera avec le board de la Commission de Conciliation et Médiation (CCM) cet après-midi, pour décider de la marche à suivre. « Enn saler Rs 8,750 pa ase pou enn simp travayer, li mem pa ase pou nouri so fami antie. Kouma dimounn kav viv dan sa sitiasyon la ? »
« Aparaman se ki pe arive se problem minister spor et loisir me an okenn ka monn trouve ki bannla konserne dan sa sitiasyon la. Bann dimounn minister peye par Pay Research Bureau (PRB), zot pena okenn problem ar revizion salarial. Pou MSC ki pe arive alor ? », s’interroge la syndicaliste. Elle ajoute par ailleurs que la situation des employés de la MSC doit être suivie de près par le ministère des Sports et des Loisirs, « parski ena represyon dan MSC, banla bizin reazir ek rann repons ».
Le syndicat prévoit la tenue d’une manifestation devant le ministère des Sports et des Loisirs et  la MSC s’il n’y a aucune réaction des unités concernées par ce problème. Si cette démarche n’aboutit pas, une grève sera envisagée. Jane Ragoo lance un pressant appel aux autorités, leur demandant de répondre aux besoins des employés de la MSC. Pour l’heure, ces derniers sont toujours en attente d’une décision ministérielle et restent donc dans le flou.