Atma Shanto, négociateur de la Fédération des travailleurs unis, a écrit hier au ministère du Travail pour dénoncer les conditions dans lesquelles opèrent les employés de Securiclean. Il déplore le fait que ces derniers continuent à recevoir leurs salaires avec beaucoup de retard en dépit de la récente intervention du ministre Soodesh Callichurn.
Le ministre du Travail étant absent du pays actuellement, c’est Fazila Daureeawoo qui assure l’intérim à ce ministère. Dans la lettre que lui a adressée Atma Shanto, ce dernier avance que « les employés de Securiclean doivent mendier pour avoir leurs salaires à la fin du mois ». Toujours selon le négociateur syndical, ce n’est que la semaine dernière que ces travailleurs ont perçu leurs salaires du mois d’avril.
Atma Shanto rappelle que la compagnie avait pris l’engagement en février dernier auprès du ministère du Travail que la situation reviendrait à la normale. Mais tel n’a pas été le cas. « Ces employés et leurs familles vivent dans une situation précaire », soutient le syndicaliste. Il déplore le fait que l’article 21 de l’Employment Rights Act (EriA) ne soit pas respecté. Ce dernier stipule : « Every employer shall pay remuneration to a worker at monthly intervals, unless the parties agree to payment at shorter intervals, not later than the last working day of the pay period. » Le syndicat prévient dès lors que si le salaire du mois de mai n’est pas versé au plus tard le 2 juin, les employés refuseront alors de travailler.
Rappelons que suite à une manifestation des travailleurs en février dernier, les autorités avaient pris plusieurs mesures afin de permettre à Securiclean de sortir la tête hors de l’eau. Notamment un rééchelonnement des arrérages auprès de la MRA et une flexibilité financière de CIM Finance quant aux transactions financières de la compagnie.
Securiclean s’est retrouvée en difficulté après avoir perdu des contrats auprès des autorités locales l’année dernière.