Certains parlent d’un « acharnement » contre l’organisation chrétienne gérant la salle
Alors que tout était fin prêt pour le grand concert de Mr Love ce samedi, au J&J Auditorium, l’organisateur a été avisé, en ce début de semaine, que le J&J Auditorium n’a plus le droit d’opérer. La municipalité de Vacoas/Phoenix a en effet émis une nouvelle interdiction après celle de janvier dernier, contre cette salle de concerts, pour cause de parking insuffisant. Or, avancent les responsables, des solutions temporaires proposées en mars dernier avaient été validées par la municipalité et la police. Mais pour la municipalité, le J&J Auditorium a dépassé le délai accordé pour trouver une solution durable.
Les soirs de concert, il y a un embouteillage monstre depuis le rond-point à côté du Centre Commercial de Phoenix jusqu’au J&J Auditorium. Cette situation est similaire quand il y a un grand concert au Swami Vivekananda à Pailles. Or, en janvier dernier, les responsables du J&J Auditorium avaient été avisés qu’ils devront trouver 200 places de parking supplémentaires pour poursuivre leurs activités. Des solutions temporaires avaient été trouvées et depuis, le J&J Auditorium a accueilli au moins six événements d’envergure, dont les représentations de Sister Act.
Mais depuis la semaine dernière, la situation s’est compliquée davantage quand la direction du J&J Auditorium a appris que la municipalité de Vacoas-Phoenix ne l’autorisait pas à accueillir le concert de Mr Love, soit à quelques jours de l’événement. Dans la foulée, le concert a été renvoyé au 2 décembre, au grand désarroi de l’organisateur, Culture Events. Jimmy Veerapin, le responsable indique : « J’ai déposé une demande de permis il y a un mois. Tous les jours j’appelle la municipalité pour savoir où en est le dossier et ce n’est que la semaine dernière qu’on m’apprend qu’il y a une interdiction contre le J&J Auditorium. Qui plus est, on n’a même pas pris la peine de m’écrire ou m’appeler pour me faire part de cette nouvelle, alors que j’avais déposé une demande formelle. »
L’organisateur dit avoir déjà investi Rs 100 000 dans cet événement, en matière de promotion et de différents autres permis nécessaires pour l’organisation d’un concert. « Nous avons renvoyé le concert au 2 décembre, au J&J toujours, car les responsables nous ont assuré qu’ils vont trouver une solution. Ceux qui ont déjà acheté leurs billets peuvent les conserver pour cette date ou alors, ils peuvent se faire rembourser au point de vente où ils les ont achetés. »
Kevin Munisamy, responsable technique de la salle, dit lui, ne pas comprendre cette décision de la municipalité de Vacoas/Phoenix. « Il y avait une première interdiction en janvier de cette année. En mars, nous avons reçu une délégation de la municipalité et de la police. Nous avons présenté nos solutions : nous avons loué le parking dans une école à proximité, ainsi que des terrains vagues. Ces solutions avaient été validées à la fois par la municipalité et la police. »
Dans un deuxième temps, ajoute-t-il, Grace Foundation, propriétaire de la salle, compte acheter un terrain à proximité pour un parking additionnel au J&J. « Le prix des terrains a flambé dans la région et nous avons besoin d’un peu de temps pour la vente d’un autre terrain et l’achat de celui-ci à Phoenix. »
De son côté, Mr Love qui préparait ce concert depuis longtemps, se dit attristé par la tournure des événements. « Nous avons investi beaucoup financièrement dans cet événement. Ce qui est d’autant plus dommage c’est que le J&J Auditorium est un des seuls endroits où les artistes mauriciens peuvent se produire. Où irons-nous maintenant? » Il poursuit : « D’autres salles ne disposent même pas de parking, dont le Théâtre Serge Constantin à Vacoas, qui ne font l’objet d’aucune interdiction. »
Le chanteur se dit également désolé pour tous les musiciens, choristes et techniciens qui ont travaillé d’arrache-pied avec lui pour monter cet événement. « Certains ont pris des jours de congé de leur travail pour répéter, d’autres attendaient ce moment pour avoir quelques sous, mais voilà… » Mr Love dit s’accrocher au fait que le concert pourra se tenir le 2 décembre et rassure tous ceux qui ont déjà acheté leurs billets.
Toutefois, certains dans le milieu se posent des questions si cette affaire de parking n’est pas un prétexte pour interdire les opérations du J&J Auditorium. « Est-ce qu’il y a des préjugés vu que c’est une organisation chrétienne ou est-ce qu’il y a des mécontentements par rapport à d’autres questions religieuses sensibles ? Ce sont autant de choses qui posent question… Cela ressemble à un acharnement », avancent-ils.
Ce que réfute le maire de Vacoas-Phoenix, Farhad Dowlut, qui fait ressortir que la religion n’a rien à voir avec cette affaire. « En réalité, le J&J ne détient pas de permis pour opérer comme une salle de concert. Au moment de la construction, il était question d’une salle pour des conférences religieuses. Mais par la suite ils ont commencé à tenir des concerts. Pour cela, ils demandaient un entertainment permit temporaire. À chaque fois, nous avons accepté leur demande, mais au vu des problèmes causés dans la circulation, nous ne pouvons tolérer l’obstruction d’une route principale, menant notamment vers l’hôpital. »
Élaborant sur l’aspect religieux, il ajoute qu’un autre centre, en l’occurrence le Sir Abdool Razack Mohamed, qui donne sur la route principale à Phoenix, était également sous le coup d’une interdiction pour des problèmes liés au bâtiment. Les responsables du centre ont dû également se conformer aux normes. De même, dit-il, le J&J a en deux fois obtenu un délai de trois mois pour y remédier, mais passé ce délai, « ils n’ont même pas jugé utile de tenir la municipalité au courant de la situation. »