Depuis hier, et ce jusqu’à dimanche, se tient l’International SME Innovation and Technology Fair au centre Swami Vivekananda, Pailles. Une centaine d’entreprises y participent, dont 40 de Maurice et 38 de l’Inde. Une première qui constitue pour les PME une vitrine des dernières technologies innovatrices dans lesquelles elles peuvent investir pour booster leur entreprise. Des fournisseurs de machines industrielles aux équipements innovants en passant par des prestataires de services dédiés aux PME sont en substance ce que peuvent trouver les principaux intéressés.
Faciliter le transfert des technologies, le savoir-faire et les compétences aux PME mauriciennes, et ce à travers l’exposition d’appareils technologiques et novateurs. Tel est le but de cet événement organisé par le ministère du Commerce. Le salon constitue une plateforme connectant les fournisseurs de technologies pleins d’idées innovatrices aux investisseurs potentiels de même que des fabricants d’appareils d’intérêt pour les PME et les distributeurs, tout cela en vue de promouvoir une collaboration.
Parmi les participants, beaucoup sont venus de l’Inde. Manzil Patel est actionnaire à Acme Engineering. La compagnie propose différents types de pompes pour l’agro-industrie, le secteur pharmaceutique et les producteurs de lait aromatisé, entre autres. « C’est l’occasion pour nous de trouver de nouveaux clients avec lesquels on peut collaborer. C’est une opportunité d’agrandir notre marché », dit-il. S’il n’a pas de contact encore à Maurice, sa compagnie, poursuit-il, traite déjà avec l’Afrique du Sud et l’Angleterre.
Faredhu Hussain, lui, expose un appareil d’emballage en plastique pour les grains secs, le riz et autres produits de 50 g à 250 g. « L’appareil peut emballer 20 sachets de 250 g par minute. C’est fabriqué en Inde et nous sommes dans le domaine depuis 24 ans », dit-il fièrement. Il nous présente un autre appareil pouvant fabriquer de la sauce tomate ou du jus de fruits. « Nous avons aussi un appareil pouvant extraire l’huile des pistaches. »
Un autre appareil attire notre attention, cette fois chez Solomann Global Put Ltd. Son représentant, Sumiit Somnath Harjai, se targue que la machine est capable « de confectionner tous types de chaussettes ». Il explique : « C’est entièrement informatisé. Un entrepreneur peut se lancer dans la fabrication de chaussettes à Maurice car la plupart des chaussettes sont importées. Avec cet appareil, vous pouvez personnaliser les chaussettes, pour des écoles par exemple. Lorsque vous importez, la richesse part dans d’autres pays et vous ne générez pas d’emplois. Ici, vous pouvez même inscrire des noms sur les chaussettes. Les Mauriciens peuvent aussi exporter vers l’Afrique. » Le tout à partir de USD 5 000.
Un peu plus loin, nous faisons la connaissance de Dibyendu Roy, qui présente sa machine, faite de ses propres mains, et qui consiste à fabriquer du lait de soja à partir de graines de cette légumineuse. « Le lait de soja comporte de meilleures valeurs nutritionnelles. Je vendais des vêtements autrefois jusqu’à ce que des enfants me disent qu’ils n’avaient pas assez d’argent pour s’acheter du lait. J’ai donc essayé de trouver une solution. Je viens de recevoir une commande de 50 unités du Zimbabwe. Pour chaque kilo de graines de soja, vous pouvez obtenir 7,5 litres de lait, et cela vous revient à Rs 5 par litre. » Quid des pesticides ? Le businessman indien se contentera de nous dire qu’il existe aussi des graines de soja bio. « L’appareil ne demande aucun entretien. Vous y mettez 2 kilos de graines de soja et 12 litres d’eau et la machine vous fait du lait. Vous pouvez aussi faire du tofu avec. » Selon Dibyendu Roy, « avant même la tenue du salon, deux personnes m’ont demandé de leur réserver une machine », laquelle coûte autour de Rs 235 000.
Les pâtissiers ou aspirants pâtissiers pourraient, eux, trouver leur bonheur chez Dazzle Engineers, spécialisé dans les appareils de pâtisserie. Le représentant nous présente d’ailleurs un appareil qui attire beaucoup de curieux du fait qu’il l’a mise en opération. « L’appareil peut confectionner des cookies et des muffins et propose plus de 600 designs. Il est capable de produire 120 kg de biscuits par heure. Le service d’entretien est gratuit et le temps de garantie est d’une année. »
Nanjing Flourish International, une compagnie chinoise, propose pour sa part plusieurs types d’appareils permettant de découper, moudre, polir et sculpter le verre pour en faire des chefs-d’oeuvre artistiques. Par exemple, un appareil propose de combiner le marbre et le verre; un autre permet d’imprimer des images 3D sur des carrelages en verre pour décorer les murs de sa salle de bain et un autre de sculpter le verre, parmi bien d’autres d’appareils. Kinch Precision Machinery, une autre entreprise chinoise, propose, elle, des appareils de fabrication de bouteilles en plastique.
Notre regard est aussi attiré par le stand de Gautam Hazra, de Sunrise Engineering. L’entreprise propose des “hydraulic paper machine”, qui fabriquent des assiettes jetables. Somme toute, ce premier salon du genre permet aux participants étrangers d’ajouter des PME de Maurice sur leur réseau et, inversement, de faire profiter aux Mauriciens de leur savoir-faire.