La quatrième édition du salon de la Santé tenue le week-end dernier à Pailles, au Centre Swami Vivekananda, s’articulait autour de deux axes : la sensibilisation et la prévention. Cette manifestation a été organisée par la Heart Foundation Mauritius et la Diabetes Foundation Mauritius sous l’égide du ministère de la Santé.
Les organisateurs du 4e salon de la Santé organisé au Centre Swami Vivekananda à Pailles plaçaient la barre haut. Ils attendaient quelque 50 000 visiteurs. Ils ont voulu vulgariser les services offerts dans le domaine de la santé par le ministère, les organisations non gouvernementales et le secteur privé. Certaines associations ont fait la promotion des plantes médicinales qui disparaissent peu à peu des coutumes mauriciennes.
Dans son intervention à l’ouverture officielle du salon, la ministre de la Santé a souligné l’importance de la prévention. « Si nous prenons des soins et les précautions qu’il faut à temps, nous pouvons éviter les complications de santé », a soutenu Maya Hanoomanjee. Selon elle, l’ennemi N°1 à Maurice est le diabète. « Il pourrait y avoir un diabétique dans chaque famille », a dit la ministre.
La ministre de la Santé n’a pas manqué d’évoquer certaines maladies non transmissibles tels la tension artérielle, les maladies cardiovasculaires et le cancer. Maja Hanoomanjee a avancé qu’il y a beaucoup de personnes à Maurice qui souffrent de diabète mais l’ignorent parce qu’elles n’ont pas subi de tests de dépistage. « Il est temps que nous assumions nos responsabilités », a-t-elle affirmé.
Selon les recherches qu’a menées le ministère de la Santé sur les maladies non transmissibles en 2009, il en ressort que 23,6 % de personnes de plus de 25 ans souffrent de diabète et 37,9 % de forte tension. 50,9 % de ce même groupe d’âge sont en surpoids et seulement 16,9 % s’adonnent à des activités physiques régulières. 65,8 % de femmes et 45,2 % d’hommes ne pratiquent aucune activité physique. Les statistiques indiquent que ce phénomène ne fait que prendre de l’ampleur par les nouvelles habitudes et le changement dans le mode de vie des Mauriciens.
Un autre problème majeur : la consommation d’alcool et de cigarettes, surtout parmi les jeunes. La ministre de la Santé a soutenu que le gouvernement est en train de définir toute une série d’actions concertées en vue de contrôler la situation. Maya Hanoomanjee a mis l’accent sur la responsabilisation des fumeurs pour minimiser le risque et les effets du tabagisme. Ils mettent en péril non seulement leur santé mais aussi celle des autres.
Selon les études conduites par le ministère de la Santé, 20,8 % des étudiants consomment de l’alcool et 63,2 % le prennent à partir de 14 ans. Maya Hanoomanjee a sollicité les parents pour donner le bon exemple à leurs enfants. « Ne demandez pas à vos enfants de vous apporter votre paquet de cigarettes ou votre bouteille de boisson alcoolisée… Ce qui pourrait stimuler leur curiosité et les incitent à en consommer », a-t-elle expliqué.
Sanjeev Luchmund fait régulièrement don de son sang. Cet homme de 42 ans a confié au Mauricien qu’il a subi des interventions chirurgicales qui ont nécessité des pintes de sang d’un donneur. « Kapav a mo tour mo pou kapav sov lavi enn dimounn gras a mo disan… Se akoz sa ki mo donn mo disan depi ki mo ena 17 ans », a-t-il expliqué alors qu’il donnait son sang pour la bonne cause. « Mo espere ki plis Morisyen donn zot disan pou ki nou kapav ed lezot… Fode pa peur parski disang la remplase vit sa », a-t-il soutenu.
La 4e édition du salon de la Santé s’est associée pour la première fois au salon de l’Enfance. Environ 180 stands ont été aménagés et des navettes gratuites étaient disponibles pour accéder au Centre Swami Vivekananda.