« J’attendrai la fin du monde » est le dernier roman de notre compatriote Alain Gordon-Gentil, écrivain, journaliste et ancien conseiller du précédent Premier ministre en matière culturelle, qui est sorti des éditions Julliard, en France, la semaine dernière. L’auteur le présentera au Salon du livre à Paris le 18 mars prochain.
Ce roman, qui sera prochainement disponible en librairie à Maurice, conte l’histoire d’Horace Baudelaire, un descendant mauricien de Charles Baudelaire qui, comme on le sait, a effectué un séjour de 18 jours à Maurice, il y a 174 ans.
Entre « un humour toujours un peu cruel et une tendresse lucide », comme l’écrit la maison d’édition sur son site internet, l’auteur « nous livre une réflexion originale sur la question très actuelle de l’identité et des origines ».
Une des forces de ce roman est la capacité du romancier à bouleverser la chronologie de l’histoire dans laquelle certains de ses compatriotes se reconnaîtront, mais aussi de pouvoir mener jusqu’au bout une réflexion tout à fait contraire de ce que le protagoniste pense au plus profond de lui-même. Il semble être atteint d’« un mal étrange ». « Il trouve toujours de bonnes raisons pour agir à rebours de ses convictions les plus profondes. C’est ainsi que ce partisan sincère de l’indépendance défend la présence des Britanniques dans des articles brillants et enflammés qui lui valent le respect des communautés dominantes. Il va ainsi traverser toute la fin du XXe siècle, admiré et encensé pour des textes et des prises de positions qui le navrent personnellement. Ce destin cruel, qui n’épargne pas sa vie amoureuse, le conduira au bord du suicide, tout comme il le mènera aux plus hautes positions sociales », peut-on lire en quatrième de couverture de l’ouvrage.
Après Paris, Alain Gordon-Gentil présentera son livre au salon du livre de Metz en avril. Le thème sera Littérature et journalisme.
Alain Gordon-Gentil, né à l’île Maurice en 1952, a écrit plusieurs ouvrages dont deux sur sir Gaëtan Duval, Le Droit à l’excès et L’incarné du voyage. Également réalisateur, il a présenté un film documentaire retraçant les grands moments de la vie de SGD, en octobre dernier, à l’occasion de la célébration de sa naissance. Notre compatriote a aussi coproduit avec Laurent Ramamonjiarisoa, un documentaire sur les dernières années de la vie de Jacques Brel, à partir du moment où le chanteur avait décidé de quitter la scène. Jacques Brel, dernière ligne droite aux Marquises avait été présenté en France, en avant-première en 2014, avant d’être projeté à l’Institut Français de Maurice (IFM), à Rose-Hill.