Aujourd’hui s’ouvre le salon Pro IT au Swami Vivekananda Convention Centre (SVICC) de Pailles, événement axé sur les solutions informatiques pour les entreprises. Neemalen Gopal, président de la Mauritius IT Industry Association (MITIA), organisateur du salon aux côtés du National Computer Board, précise que cet événement n’est pas réservé aux informaticiens, mais s’adresse à tous les professionnels et décideurs au sein des organisations et entreprises.
Le Swami Vivekananda International Convention Centre (SVICC) accueille à partir d’aujourd’hui et jusqu’au 18 mai la deuxième édition du salon Pro-IT Exhibition & Conference. Parmi les participants, figurent des sociétés dont certaines ont plus de 25 années d’activités.
Le maître mot de ce salon Pro-IT est l’innovation, de par la diversité dans les solutions offertes, tant aux grandes organisations qu’aux petites et moyennes entreprises qui pourront s’informer des produits disponibles et être en mesure de suivre les évolutions technologiques. Seul salon business-to-business (B2B) de la région, il accueillera une trentaine de conférences de très haut niveau. « Ce n’est pas un salon uniquement réservé aux informaticiens. Il est dédié à tous les décideurs. Lors de la précédente édition, nous avons souligné la visite surtout des responsables informatiques mais ce salon concerne tous ceux qui sont impliqués dans la chaîne de prise de décision que ce soit au niveau des directeurs, chefs de départements, les PME, entre autres », dit Neemalen Gopal. Le président de la MITIA soutient par ailleurs que ce salon est le seul du genre à être organisé conjointement par le privé et le public. « C’est grâce à une telle synergie que l’on pourra faire des TIC le plus important pilier de l’économie », soutient-il. « Ce salon B2B représente une opportunité, surtout en cette période de crise où les entreprises se doivent d’être plus responsive, où elles doivent optimiser toutes leurs ressources y compris humaines et où il est impératif d’innover pour assurer une certaine pérennité dans un monde hautement compétitif et évolutif », ajoute Neemalen Gopal.
Manque de professionnels
La crise économique est un sujet qui inquiète les acteurs du secteur de l’informatique dans la mesure où les clients ont tendance à repousser leurs investissements et projets informatiques. Et ce, d’autant plus que les projets prennent plus de temps pour être approuvés, justement en raison des temps économiques incertains. Quelques sociétés, dit Neemalen Gopal, font actuellement face à quelques problèmes. Le gouvernement mauricien, estime-t-il, pourrait remédier à la situation en faisant appel aux compétences des entreprises mauriciennes pour le déploiement des projets informatiques, au lieu de faire appel à des entreprises étrangères. « Il faudrait donner plus de visibilité aux entreprises locales. Le marché local est un peu mou en ce moment », commente le président de la MITIA. Plusieurs membres songent d’ailleurs à exporter leurs services en Afrique.
Le manque de professionnels de l’informatique est un sujet qui revient constamment sur le tapis. Le président de la MITIA explique que le nombre d’étudiants formés au sein des universités est insuffisant pour faire face au manque de main-d’oeuvre dans le secteur. « Avec une vingtaine à l’Université de Maurice, une trentaine à l’Université de Technologie ce n’est pas suffisant. Il faut s’interroger sur les raisons pour lesquelles les jeunes ne s’intéressent plus aux métiers de l’informatique », affirme notre interlocuteur. À cet effet, il dira qu’il y existe une fausse idée et conception autour des métiers de l’informatique, certains ayant tendance à les associer aux métiers de l’externalisation, voire des centres d’appels. La MITIA, soutient Neemalen Gopal, s’est engagée dans des initiatives afin de mieux faire connaître les métiers de l’informatique lors des jobs fairs, entre autres occasions.
Suraj Ramgolam, chairman du National Computer Board (NCB), affirme que cet événement ne s’apparente pas au salon Infotech, « destiné au grand public ». « Le Pro-IT est orienté business-to-business ». Répondant à certaines critiques de la presse selon lesquelles le salon Infotech n’aurait pas abordé les véritables avancées technologiques, M. Ramgolam a soutenu lors d’un point de presse la semaine dernière pour annoncer le salon que « tout ce qui relève des solutions informatiques sera au Pro-IT ».