C’est dans la liesse que la Journée de la Femme a été célébrée officiellement samedi au J & J Auditorium à Phoenix. Le Premier ministre, qui a rappelé que le thème des Nations Unies pour la Journée de la Femme en 2014 est « Inspiring Change », a trouvé « totalement inacceptable » les récents crimes commis sur des femmes. « Nou bizin intransigeant et condamne bann crime atros e barbar. La criminalité est un problème de société. Bizin éduque ban zom pou traite ban madame différemment », dit-il.
Navin Ramgoolam a rappelé qu’un amendement à la Domestic Violence Act avait été apporté lors de son premier mandat afin de protéger la femme au sein du couple. Cette loi, explique-t-il, donne à la femme qui est brutalisée par son mari, le droit exclusif de résider dans la maison du couple même si la maison appartient à son mari. Il a salué le Muvman Liberasyon Fam qui a présenté La Charte en cinq points pour combattre la violence à l’égard des femmes. Parmi, une proposition a retenu particulièrement son attention : proposer aux femmes vivant seules des logements à des prix abordables. Pour lui, il est important que les femmes soient en mesure de vivre librement.
Le PM a tenu à féliciter les femmes qui ont contribué à l’avancement du pays. Il a aussi eu une pensée pour la force policière pour sa rapidité à résoudre les enquêtes sur les agressions sur les femmes. « Un durcissement des lois pour protéger les femmes contre les agressions n’est pas suffisant, il faut un véritable changement de mentalité ».
La ministre de l’Égalité des Genres et de la Femme, Mireille Martin, a salué la présence du Premier ministre au J & J Auditorium samedi. « Prezans PM parmi nou sa lane-la ankor, li enn temwaniaz bien for de so langazman pou lavansman bann madam dan nou pei ». Les droits de la femme mauricienne, dit-elle, ont fait de grands progrès en 46 ans. Le droit de vote en 1950, l’éducation gratuite en 76, tout cela a contribué à ce que « lavwa bann madam finn rezone dan peizaz milti-kiltirel nou nasion. L’État Providence, la sante gratis finn sov lavi boukou mama ek boukou zanfan. Sa lazourne-la bizin rapel tou madam a ki pwin zot inportan. Ki zot kontribision esansiel pou rann la sosiete meyer. Ki zot bizin partisip plennman dan devlopman pei. Madam ena enn rol kle pou zwe dan devlopman pei dan tou le domenn ».
Une des visions du Premier ministre, dit Mireille Martin, est de faire de l’égalité des genres une réalité dans le pays. Cette année, le thème choisi pour la Journée internationale de la femme est d’inspirer les femmes pour un changement. « Lalit kont laviolans domestik li konsern tou dimounn. Sakenn bizin pran so responsabilite. Rezet laviolans an blok pou nou met en frin a sa problem-la ».
Mireille Martin a aussi évoqué non sans émotion les atrocités perpétrées contre des femmes par leurs conjoints en ce début d’année. Une campagne de sensibilisation a été lancée afin d’éduquer la population à adopter une attitude de Zero Tolerans contre la violence.
La ministre rappelle que la Protection from Domestic Violence Act a été amendée à trois reprises, en 2004, 2007 et 2011. Elle a annoncé l’institution d’un comité consultatif pour revoir la Domestic Violence Act. De plus en plus de personnes considèrent que la violence est inacceptable; les gens ont confiance en les institutions et vont de l’avant pour dénoncer des cas d’abus et de maltraitance. « Le respect de la femme, c’est le respect des droits humains ». Et de soutenir que « ena dimounn pou rod fer ou krwar ki gouvernman pena okenn volonte pou konbat laviolans kont madam dan nou sosiete ; ki mo minister e ki momem pa pe fer nanye vizavi du nonb grandisan de bann ka de violans. Zot fer bann atak personel pou esey destabiliz mo minister ek mo mem. Se enn lamod pou sertenn dimounn. Zot mont tout enn seri kanpagn de denigreman kont ou. Fer krwar ki pa pe fer travay kouma bizin. E pa zis mwa ki sibir sa ban kalite latak la ». Pour elle, la Journée Internationale de la Femme est un moyen de réaliser qu’il n’y a aucun progrès dans une société s’il n’y a pas de progrès pour la femme. « Plis enn pei ena egalite ant zom ek madam plis so lekonomi prospere. Li donk dan nou lavantaz ki nou transform nou sosiete pou ki madam gagn plas ek respe ki li merite ».
La célébration s’est poursuivie par un spectacle où la femme était représentée dans toutes ses dimensions : épouse, mère, artiste, un tableau de mille couleurs, véritable ode à la femme mauricienne.