Si les travaux de recherche dans la région du Caudan en vue de retrouver des victimes des inondations de samedi retiennent l’attention compte tenu du nombre déjà élevé de morts, la situation à Canal Dayot est encore plus préoccupante avec les importants dégâts matériels subis par les nombreuses familles. Les torrents d’eau qui ont dévalé la pente dans cette région, une conséquence de la construction de la Port-Louis Ring Road aux dires des habitants, ont tout dévasté sur leur passage au point de transformer Canal Dayot en zone sinistrée. Quasiment toutes les maisons ont été inondées, endommageant de manière irrémédiable meubles et équipements électroménagers mais également les voitures en stationnement le long de la rue et dans des cours.
En sus de ce constat de désolation totale, l’élément détonateur qui a déclenché la colère des habitants de Canal Dayot, hier matin, a été que la région était privée d’eau et d’électricité. Après avoir vécu un samedi des plus cauchemardesque, ceux habitant cette région depuis ces 25 dernières années soutenant qu’ils n’ont jamais vu l’eau monter aussi vite, ils s’apprêtaient hier matin à procéder à un grand nettoyage en vue de récupérer ce qui pouvait l’être.
Mais faute d’eau pour faire évacuer les dépôts de boue dans les maisons, c’était peine perdue. La situation était encore plus difficile pour les habitants de Sable Noir, agglomération à l’arrière du garage Bala. Très vite, la tension devait monter d’un cran, contre le peu d’intérêt montré par les autorités à leur égard.
Déjà depuis samedi après-midi, la circulation routière à hauteur de Pont Roussel était des plus chaotique avec d’énormes pans de bitume emportés par les torrents balayant cette partie de la route. Pour mieux démontrer leur désapprobation, des habitants devaient descendre sur la route Royale pour bloquer tout mouvement de véhicules vers le centre-ville ou en sens inverse.
Malgré un fort déploiement des forces de l’ordre, dont des éléments de la Special Supporting Unit (SSU), les manifestants, hommes, femmes et enfants, ont tenu tête pendant deux heures en vue de réclamer que leurs doléances soient prises en compte et que les responsables fassent le déplacement pour un constat visuel des dégâts.
Dans un premier temps, vers 11 h, les députés de la circonscription Veda Baloomoody et Jean-Claude Barbier ainsi que le député Reza Uteem sont descendus sur le terrain, suivis du leader de l’opposition Alan Ganoo et du secrétaire général du MMM Rajesh Bhagwan. Après concertations, le barrage humain sur la route royale s’est dissous pour permettre à la circulation de reprendre. Mais pendant toute la journée, la présence policière était visible dans cette région, devenue un point chaud après les inondations de samedi. Toutefois, les préoccupations des habitants étaient ailleurs, avec la reprise de la fourniture d’eau. Des équipements ont été déployés en vue d’enlever les détritus et la boue charriés par les torrents d’eau.