Intervenant samedi dernier au Collège Royal de Curepipe dans le cadre de la célébration de l’Earth Hour on the Night Gathering — Mauritius, le ministre de l’Environnement, Raj Dayal, a fait un vibrant plaidoyer pour que nous adoptions un mode de vie durable. Earth Hour est une manifestation environnementale annuelle organisée tous les derniers samedis du mois de mars depuis 2007 à l’initiative du World Wide Fund for Nature et du quotidien australien Sydney Morning Herald pour sensibiliser les peuples du monde sur la nécessité de lutter contre le changement climatique.
« Il est grand temps de prendre conscience de l’urgence d’adopter un mode de vie durable. En d’autres mots, de consommer de manière différente et responsable afin de ne pas épuiser nos ressources naturelles », a plaidé le ministre de l’Environnement, Raj Dayal. « ll ne faut jamais oublier que de petites actions simples peuvent faire de grandes différences », a-t-il expliqué en donnant des exemples (voir encadré).
Le ministre a affirmé que la célébration de Earth Hour on the Night Gathering – Mauritius nous rappelle notre vulnérabilité et notre impuissance devant des facteurs qui sont hors de notre contrôle. Mais de tels événements renforcent notre détermination à rehausser notre résilience en mettant nos efforts collectifs pour faire face aux défis du réchauffement planétaire et du changement climatique (voir encadré).
« En tant que Petit État insulaire en développement (Small Islands Developing States — SIDS), Maurice contribue moins de 0,01% aux émissions de gaz à effet de serre (GES), et pourtant nous sommes les plus affectés par les impacts du changement climatique et du réchauffement planétaire », a poursuivi l’intervenant. Selon Raj Dayal, notre pays aura à affronter de grandes conséquences économiques, sociales et environnementales disproportionnées du fait du changement climatique. « Par exemple, les données à long terme du Mauritius Meteorological Services ont démontré les faits troublants suivants : la tendance décroissante alarmante de notre pluviométrie par 8% annuellement, une augmentation moyenne de 1°C de notre température, une hausse du niveau de la mer de 3,8 mm par an et une augmentation de la fréquence et de l’intensité des phénomènes atmosphériques extrêmes », s’est-il alarmé.
Le ministre a affirmé que les débordements de Mon Goût (Pamplemousses) en mars 2008, les inondations soudaines meurtrières du 30 mars 2013 à Port-Louis et les pluies torrentielles de ce début d’année, témoignent de notre vulnérabilité au changement climatique. Raj Dayal prévoit que les impacts négatifs du changement climatique peuvent saper nos efforts de développement et mettre en danger notre avenir. « Notre agriculture, notre tourisme, nos infrastructures, nos écosystèmes marins et côtiers ainsi que notre riche biodiversité sont sévèrement affectés ?! » a-t-il ajouté. Il a ensuite énuméré les mesures d’adaptation prises par le gouvernement pour paliers les impacts du changement climatique.
« C’est pourquoi nous devons rassembler nos efforts pour créer et léguer un monde meilleur aux générations futures ?! » a poursuivi l’intervenant.
Raj Chintaram, Country Director d’Earth Hour (Mauritius), a déclaré pour sa part que Maurice peut s’enorgueillir d’être le tout premier pays, en dehors de l’Australie, à célébrer l’Earth Hour en 2007. Earth Hour (Une heure pour la planète) est une manifestation annuelle qui consiste à couper les lumières et débrancher les appareils électriques non essentiels pendant une heure afin de promouvoir l’économie d’électricité et, par conséquent, la réduction des émissions de gaz à effet de serre et la lutte contre le changement climatique. Le Country Director a indiqué que le thème cette année, “Change Climate Change”, est un puissant rappel pour nous amener à croire dans nos efforts collectifs pour combattre le changement climatique. « Le climat change. Nous devons nous aussi changer ?! » a-t-il plaidé. Le Royal College Curepipe Environmental Club a été lancé lors de cet événement. Les lumières ont ensuite été éteintes pendant quelque temps, durant lequel il y a eu un spectacle culturel.