Atif Aslam, le crooner pakistanais, a gratifié le public d’un concert de haute facture samedi dernier au centre Swami Vivekananda, à Pailles. Devant une salle comble, entièrement acquise à sa cause, le chanteur a offert au public un écrin de sa voix touchante et enveloppante avec un mélange de pop, de rock, de quawali et de soufi, de même que des classiques du cinéma indien. Une rencontre magique entre les notes et les mélodies, où il aura capté l’attention du public sans esbroufe, traçant son sillon dans les rythmes romantiques.

Le chouchou de ces dames a également fait l’éloge des athlètes mauriciens, qui ont fait une razzia de médailles lors des 10e Jeux des îles de l’océan Indien. L’idole des jeunes a fait monter la tension avant le début du concert et l’attente était si insoutenable qu’elle n’aura pu être comblée même par la voix sublime de Varsha Ramni Bissessur. Après plus d’une heure de retard, c’est à 21h19, après de multiples sollicitations de la foule, scandant « Atif, Atif, Atif », que l’artiste est enfin apparu sur scène en entonnant les notes de Woh Lamhe. De l’incontournable Doorie en passant par Dil Dayan Gallan, il aura emporté la foule. Autant d’airs parmi les meilleurs qu’il a chantés et qui sont devenus des hymnes indémodables.

Avec Doorie, il se rappelle de beaux souvenirs, car cette chanson a été enregistrée au théâtre de Port-Louis, dont il a salué la rénovation vendredi dernier à l’hôtel Sofitel, à Flic-en-Flac, lors d’un entretien avec la presse. Au quart de tour, l’assistance se déchaîne, allume les torches de ses cellulaires, qu’elle tient en main. Ce qui fait le succès du répertoire de l’artiste, c’est que toutes les générations se retrouvent en parfaite communion avec lui. Il a aussi bercé le public dans un voyage musical avec des chansons comme Kahi Door Jab Din Dhal Jaye, Honthon Se Cholo Tum, Gulabi Ankhein et Kya Hua Tera Vada. Des morceaux qui n’ont cessé, depuis des décennies, d’être fredonnées, d’êtres reprises. Et qui continueront à l’être longtemps encore.

Le chanteur poursuit son récital avec Main Rang Sarbaton Ka, de Phata Poster Nikla Hero, O Saathi, Jeena Jeena, Hum Kis Galli Rahe Hai, Meri Kahani. Un des moments forts de la soirée aura été celui où il est descendu de la scène pour partir à la rencontre d’une fan en fauteuil roulant, Shajeeah Ramzan, âgée de 18 ans. Après un selfie avec elle, il s’est ensuite baladé dans la salle et les fans ont alors investi les devants de la scène. Ce qui n’était pas du goût des agents de sécurité, venus assurer la protection des VVIP, comme le ministre mentor, sir Anerood Jugnauth, son épouse, Lady Sarojini, la Speaker de l’Assemblée nationale, Maya Hanoomanjee, ou encore le ministre du Logement et les Terres, Mahen Jhugroo.

Organisé par Luxzim et Lesar, ce concert a tenu toutes ses promesses, malgré un retard considérable, certains dans la foule ayant même réclamé de « rann kass ».