C’est sur la scène de Blues dan jazz, aux côtés de la Française Géraldine Laurent, que Samuel Laval a été vu récemment, et surtout applaudi. Scope avait salué la prestation du jeune saxophoniste, qui avait livré un duo de haute facture.
Du haut de ses 23 ans, Samuel Laval est un musicien bourré de talent. Ce don qu’il a pour la musique, le jeune homme le partage avec une grande émotion…
En toute modestie et avec une certaine timidité, Samuel revient sur ses débuts : il a fait ses premières armes à l’âge de 11 ans. Au fil de la conversation, on comprend que cet intérêt pour la musique lui vient de son père pianiste, qui a été l’élève de Claude Armandine. “Ça y est ! Je vois de qui je tiens cette passion”, dit-il en souriant. Une touche d’humour qui n’en est pas vraiment une : le jeune musicien nous confirme qu’il découvre cette filiation en même temps que nous. C’est pourtant ce même père qui l’a poussé, il y a des années, à s’inscrire au conservatoire lorsqu’il a réalisé que son fils s’intéressait à la musique.
Fan d’instruments à vent, Samuel a d’abord découvert la flûte à bec, avec laquelle il s’est familiarisé, avant de songer à la pratiquer professionnellement. Durant cette période de découvertes, le jeune homme a connu d’autres instruments, comme la clarinette, la flûte traversière et la trompette. Indécis sur son choix, il a même possédé tous ces instruments. Au bout du compte, il tombera amoureux du saxophone alto. Il décide alors de se séparer de ses anciennes amours et de se consacrer uniquement à celle qui l’a conquis.