Ses ghungroos ne résonnent plus. Cela fait quatre mois qu’il est parti, après avoir mené combat contre le cancer. Sanedhip Bhimjee comptait parmi les meilleurs danseurs de kathak à Maurice. L’homme se distinguait par sa personnalité charmante et son esprit d’ouverture.
De 1987 à 2014, il s’est construit une riche carrière. Nous avons plongé dans les archives pour retracer le parcours de ce danseur exceptionnel, à qui l’on rendra hommage sur la scène du MGI, le dimanche 19 octobre, lors du spectacle Sun…Deep Kathazz 2.
“Le kathak n’est pas seulement une danse, c’est aussi une philosophie qui appartient à celui qui le danse. Chacun y apporte sa personnalité. Et c’est à travers la musique et la danse que le public doit pouvoir chercher et trouver la vraie beauté du kathak”, confia-t-il à Scope en février de cette année. Juste après, il s’est livré à l’appréciation du public sur la scène de l’IGCIC à Phoenix lors du spectacle Kshitij (“Horizon”).
Un mois avant sa prestation, Sanedhip Bhimjee confiait publiquement qu’il ne lui restait plus que trois mois à vivre. Son cancer du pancréas avait été détecté le 21 janvier 2013. Lorsqu’il s’était produit sur scène, il était certes moins énergique qu’avant, mais la flamme brillait fort en lui. Ce jour-là, il s’était livré à une belle performance avant de dire adieu à son public et à la scène. Avant de sortir par la grande porte…