Les centres de santé publics et privés ont recensé ces derniers jours un nombre grandissant de cas de gastro-entérite. Pour les trois dernières semaines, près de 3 500 personnes ont été traitées pour la gastro-entérite dans les hôpitaux. Toutefois, selon le ministère de la Santé, la situation n’est pas alarmante. Ces chiffres correspondent à la moyenne à cette période de l’année.
La chaleur, l’humidité et le manque d’eau sont les principaux responsables d’une recrudescence de la gastro-entérite ces jours-ci. Pour la semaine du 9 au 15 janvier, 1 304 personnes ont été traitées dans les hôpitaux publics. Les plus grands nombres de cas ont été enregistrés à l’hôpital Jeetoo (43) et à l’hôpital Victoria (25). Ces deux chiffres sont légèrement supérieurs à ceux enregistrés dans les mêmes établissements hospitaliers pendant la semaine du 2 au 8 janvier, soit 28 et 20 respectivement. La situation est plus ou moins stable dans les autres hôpitaux régionaux.
Selon les statistiques, les enfants de 6 à 12 ans sont les plus affectés en ce moment. Anne Line Milazar, rencontrée dans un centre de santé, est venue avec ses deux filles de trois et sept ans. Les deux présentent des symptômes de la gastro-entérite. « L’aînée a commencé à vomir hier soir, et ce matin, la petite a aussi rejeté. J’ai préféré les emmener à l’hôpital », dit-elle.
Selon le Dr Devanand Rajcoomar, directeur des services de la santé, il faut être très vigilant avec les enfants, car il y a le risque de déshydratation qui peut s’avérer fatal. « Dès le premier signe de vomissement ou de diarrhée, il faut donner un médicament approprié. Si ces symptômes persistent de manière continuelle pendant deux à trois heures, il faut se rendre au centre de santé le plus proche. »
Le Dr Rajcoomar insiste sur le service de proximité, afin de décongestionner les hôpitaux. Dépendant de la façon dont le corps réagit au traitement, les malades devront aussi changer leurs habitudes alimentaires. De manière générale, la nourriture grasse ou laitière est à proscrire en attendant la fin du traitement. En revanche, il est conseillé de boire de l’eau pour se réhydrater. Des préparations spéciales communément appelés “sérum” sont aussi en vente dans les pharmacies.
Le directeur des services de la Santé rappelle également qu’avec la chaleur, la nourriture est vite avariée. Il invite donc à prendre les précautions nécessaires pour protéger les aliments contre la contamination. De même, il faut faire attention lorsqu’on achète de la nourriture en chemin.
En toute situation, certains signes sont alarmants et les malades devraient être conduits à l’hôpital sans attendre. « Si les vomissements n’arrêtent pas, s’il y a une forte fièvre et des coliques abdominales, il faut se rendre au centre de santé immédiatement. Particulièrement dans le cas des enfants, car il y a le risque de déshydratation. »
––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––––
Précautions à prendre
Le ministère de la Santé invite la population à prendre des précautions pour éviter la gastro-entérite. Car avec la forte chaleur, il est prévu que le nombre de personnes atteintes pourrait augmenter. Le ministère conseille ainsi de :
— se laver les mains fréquemment avec eau et savon pendant 20 secondes avant de manger et de préparer les repas, ainsi qu’après avoir été aux toilettes ou changé une couche ;
— garder un environnement propre ;
— éviter de se toucher la bouche sans se laver les mains ;
— consommer des repas fraîchement cuisinés ;
— bien laver les fruits et légumes avant de les consommer ;
— ne pas consommer les fruits abîmés et ceux gisant par terre ;
— couvrir les aliments pour les protéger contre la contamination par des insectes et la poussière ;
— se réhydrater en buvant de l’eau et de la soupe, par exemple ;
— faire bouillir l’eau avant de la consommer.
Le ministère rappelle que l’allaitement exclusif pour les 0-6 mois est une protection contre la gastro-entérite. Par ailleurs, les prestataires de service en alimentation doivent s’abstenir de travailler en cas de gastro-entérite.