Le 33e congrès annuel de l’ International Association of Cancer Registries est prévu du 11 au 13 octobre à l’hôtel Intercontinental à Balaclava. Le thème cette année est « Le cancer dans les pays en transition ». 3e cause de décès à Maurice, le cancer est devenu en une décennie, un problème majeur de Santé publique selon le National Cancer Registry (NCR).
1 500 nouveaux cas sont répertoriés chaque année. Le cancer tue 950 Mauriciens annuellement. L’émergence de cette maladie est attribuable aux rapides changements de mode de vie et de l’environnement, selon le NCR. C’est le Dr. S.S. Manraj, du NCR du ministère de la Santé qui est le coordonnateur de la conférence de Balaclava. Le rôle d’un registre de cancer et le contrôle de la maladie fera l’objet de discussions entre les participants mauriciens et étrangers.
Les sujets à l’agenda du congrès international sont les infections et le cancer, le dépistage dans les pays en voie de développement, les cancers féminins, le tabac et le cancer du foie notamment.
De 1989 à 2008, l’incidence de la maladie a augmenté à Maurice de 41 % chez les hommes et de 40 % chez les femmes. Entre 2005 et 2008, 2 285 nouveaux cas de cancer ont été enregistrés chez les hommes et 3 280 chez les femmes. 58 % des cas de cancer surviennent chez les femmes. Le cancer du sein est le plus commun chez ces dernières. Celui du col de l’utérus, le 2e plus courant chez la femme, provoque 50 décès chaque année. Le cancer du colon et du rectum sont les plus courants chez les hommes. 1,7 % des cancers sont diagnostiqués chez des enfants de moins de 14 ans, notamment la leucémie aiguë.
Selon le ministère de la Santé, un tiers des cancers sont curables et un tiers peuvent être prévenus. Le dépistage précoce, les avancées thérapeutiques et les soins palliatifs pour assurer une mort digne à ceux pour lesquels il n’y a plus d’espoir de guérison sont les véritables enjeux des années à venir selon le National Cancer Plan du ministère de la Santé.