Le Premier ministre Navin Ramgoolam a déclaré ce matin que le Gouvernement compte instituer un hôpital pour les femmes avec la coopération d’une équipe du London Hospital. C’était à l’ouverture de la 33e conférence annuelle de trois jours de l’International Association of Cancer Registries (IACR) à l’hôtel Intercontinental à Balaclava. Le cancer, a affirmé le Premier ministre, est devenu une menace majeure de santé publique, et a augmenté de 40 % dans la population entre 2002 et 2008. Navin Ramgoolam a indiqué que le Gouvernement s’applique à réduire les facteurs de risque, notamment à travers des mesures ayant trait au tabagisme et à l’alcoolisme. Le PM a ajouté que son Gouvernement encouragera le dépistage précoce et les soins palliatifs. Il a précisé que l’État va mettre en place un service de dépistage avec l’aide d’un consultant et qui devrait toucher toutes les femmes durant cinq ans. L’État favorisera aussi la recherche et la thérapie génétiques. Et le chef du gouvernement de souligner que des essais cliniques sur les traitements du cancer seront entrepris selon la législation adoptée à ce sujet.
Le cancer est la 3e cause de mortalité dans le pays, soit 11,6 % des décès annuels. Le PM a par ailleurs déclaré que le congrès de l’IACR offrira l’opportunité de réévaluer l’approche mauricienne face à la maladie, notamment en s’appuyant sur la collecte de données du Registre National du Cancer et pour accroître les ressources.
Selon le National Cancer Registry, le cancer touche davantage les femmes que les hommes. 59 % des cancers sont diagnostiqués chez celles-ci et 41 % chez les hommes. 4 822 cas sont répertoriés chez les femmes et 3 247 chez les hommes. Le Crude Incidence Rate du cancer est de 150,3 chez les femmes et 103,8 chez les hommes. Le cancer du sein représente 40 % des cas de cancer à Maurice. « Son taux augmente chaque année », note le pathologiste. Chez la femme, l’on note parmi les dix premiers cancers ceux du sein, du col de l’utérus, de l’estomac, des ovaires, du poumon, et la leucémie. Chez l’homme ce sont les cancers de la prostate, du colon-rectum, de la vessie, du pharynx et de la bouche et des poumons. Les régions les plus affectées par le cancer sont Port-Louis avec une incidence de 1,42 et Plaines-Wilhems avec un taux de 1,24. Le taux de mortalité est de 1,36 à Port-Louis contre 1,2 dans les Plaines-Wilhems.
Le Dr. Manraj indique qu’il existe un nouveau Cancer Registration Form qui a été validé l’année dernière. Le National Cancer Registry a émis un rapport préliminaire pour l’année 2009-2010. Ce document, dit-il, fournit des informations utiles sur l’incidence et les facteurs de risques de la maladie.
« Countries in transition » est le thème cette année de la réunion de l’IACR. Le cancer est en effet lié aux changements socio-économiques, constate le Dr. Shyam Manraj, National Coordinator du Cancer Registry. Il relève que le revenu par tête d’habitant est passé à 14 096 USD en 2010. Et de noter que l’agriculture ne constitue que 4 % de l’activité économique alors que le secteur business, communication et hôtellerie est passé à 69 %. Selon le NCD Survey de 2009 le tabagisme touche 40 % des hommes mauriciens et l’alcoolisme 6,9 % de la population masculine. L’obésité est aussi un facteur de risque du cancer, indique le Dr. Manraj. Néanmoins, malgré la hausse des cancers, les ressources sont insuffisantes. Le service public de Santé ne compte qu’un linear accelerator, qu’une machine de brachytherapy, neuf appareils de mammogaphie et une seule unité de médecine nucléaire. 20 pathologistes sont employés par l’État.