« La santé, c’est la richesse. Et la santé, c’est la joie de vivre. » C’est avec cette réflexion que le ministre des Finances a présenté son projet s’agissant de la santé qu’il souhaite « transformer en un système de pointe. »
Une des premières mesures annoncées : l’augmentation de la subvention allouée aux malades ne pouvant se faire opérer à Maurice. L’enveloppe d’aide passe des Rs 200 000 actuelles à Rs 500 000. De plus, a ajouté Xavier-Luc Duval, « la personne qui accompagne le malade bénéficie aussi, en ce qui concerne le billet d’avion, de certaines facilités. Ce billet d’avion lui sera octroyé par le ministère de la Santé qui agira comme un “one stop shop” en la matière. »
« Être malade est déjà stressant, a rappelé M. Duval. Ne pouvoir se faire traiter et ne pouvoir assumer cette dépense est une tragédie personnelle. »
Le ministre des Finances a également présenté une « mesure novatrice » concernant les polices d’assurances médicales privées. « Le but est d’offrir un plus large accès aux soins médicaux dans le privé. » « Tout employé contribue au National Savings Fund (NSF). À compter de ce jour, les employés souhaitant que leurs contributions au NSF soient dirigées vers des assurances de leurs choix pour être comptabilisées comme leurs participations à des polices d’assurances privées, ont le loisir de le faire. Ils doivent simplement informer le NSF de leur décision. Ils peuvent ainsi bénéficier et faire bénéficier à leurs proches de ces polices d’assurances privées. »
M. Duval a rappelé que « avoir une assurance médicale privée prend de l’essor à Maurice mais demeure encore hors de la portée du grand nombre. Cependant, les polices d’assurances privées ont ceci de bien qu’elles permettent aux Mauriciens d’opter pour les médecins de leur choix. » Cette nouvelle mesure, qui dirigera des patients vers des cliniques et autres centres de santé privés, « allégera également la pression sur les hôpitaux. » Cette nouvelle mesure, dit le Grand Argentier, devrait en outre « contribuer à faire de Maurice un centre médical. »
Toujours dans le contexte de veiller à une meilleure politique de santé, Xavier-Luc Duval a indiqué que l’enveloppe d’aide allouée aux centres de réhabilitation et de traitement des personnes victimes de dépendances à l’alcool, aux drogues et aux cigarettes passe de Rs 30 M à Rs 51 M. « Dans notre souci de combattre ces fléaux, et donc de réduire la demande, nous avons aussi pensé à la réduction de l’offre », a relevé M. Duval, expliquant que les “excise duties” sur les vins et les boissons alcoolisées « sont revus à la hausse. Ainsi, les “fruit wines” accusent une hausse de Rs 25.20 le litre, tandis que le “made wine” subit une augmentation de Rs 54 le litre. » Entre 10 et 30 % d’augmentation frapperont les boissons alcoolisées tandis que la cigarette et les cigares enregistrent une hausse de 15 %.
En contrepartie, a annoncé Xavier Duval, « la TVA sur les chewing-gums utilisés pour le sevrage de la nicotine est abolie. Parallèlement, le gouvernement lancera des cliniques destinées à ceux souhaitant décrocher de la cigarette. »
« Nous allons inclure les dépenses encourues dans le cadre de campagnes de sensibilisation autour des maladies non transmissibles comme le quatrième pilier des engagements des CSR, de pair avec l’éradication de l’extrême pauvreté, le logement social et le bien-être des enfants issus de couches sociales défavorisées. »
Xavier Duval a aussi laissé comprendre que 300 personnes seront recrutées pour le secteur paramédical.
______________________________________________________________
Bagooaduth Kallooa (Président de la Nursing Association) : « Agréablement surpris »
Depuis des années, la Nursing Association milite pour la profession. Pendant longtemps, nous n’avons jamais eu la considération méritée. C’est la première fois qu’un ministre des Finances nous accorde cette attention. Je suis certain que le ministre comprend l’importance de notre profession dans la société.
Je suis satisfait de la rénovation et la modernisation de l’école de Nursing. Le ministre a aussi encouragé l’implantation d’écoles privées pour la profession et annoncé le recrutement de 300 infirmiers. Ces nouvelles mesures permettront de combler le manque de personnel dont souffre le secteur de la santé depuis très longtemps. Cela aidera aussi à améliorer la qualité du service offert au public.
D’ici cinq ou six ans, il y aura suffisamment d’infirmiers et d’aide-soignants pour satisfaire la demande locale dans les institutions hospitalières, publiques ou privées.
Cette augmentation du personnel permettra aux employés de jouir de la migration circulaire avec des contrats de cinq ans ou plus. En 1982/83, Gaëtan Duval avait déjà encouragé les infirmiers à travailler dans les pays du Golfe. Ils sont revenus avec suffisamment d’argent pour investir dans leur pays.
Depuis très longtemps, la Nursing Association a demandé à revoir la formation du personnel, et avec l’annonce de l’upgrading of knowledge and skills, cela sera enfin possible. Au lieu d’un simple certificat après 3 ans d’études, l’obtention d’un diplôme sera réalisable.
La patient overseas grant, qui a augmenté de Rs 300 000, est aussi une très bonne mesure, car beaucoup de patients touchés par des maladies graves ont souvent dû vendre leurs biens et faire des quêtes publiques pour obtenir des fonds. Je suis aussi ravi de la somme additionnelle accordée pour la réhabilitation des alcooliques et des toxicomanes.
L’augmentation des prix de l’alcool et des cigarettes n’est en revanche peut-être pas une bonne idée. Cela peut sembler à première vue être une solution pour diminuer la consommation de ces substances, mais jusqu’ici, aucune étude n’a prouvé l’efficacité de telles mesures. Le ministre devrait plutôt créer un fonds pour éduquer et sensibiliser le public. Surtout les jeunes, car c’est souvent à cet âge qu’ils commencent à boire et à fumer.
Plus généralement, je tiens à féliciter le ministre des Finances pour l’attention particulière portée aux infirmiers et aide-soignants car la plupart de ses prédécesseurs ont oublié ce secteur.
__________________________________________________________________________
Georges Ah-Yan (Forum des Citoyens Libres) : « Un grand pas pour ceux
inopérables à Maurice »

Les mesures annoncées concernant le secteur de la santé représentent un grand pas dans la bonne direction pour les personnes inopérables à Maurice. Le FCL a pris connaissance des mesures annoncées et nous sommes doublement satisfaits car le ministre des Finances a pris en considération les principales revendications de notre mouvement. Rs 500 000 pour les personnes inopérables à Maurice représente un ouf de soulagement pour ceux qui se retrouvent dans cette situation difficile. Cependant, nous espérons que ce barème sera rehaussé à l’avenir car certaines opérations coûtent plus de Rs 1 M.
__________________________________________________________________________
Salim Muthy (travailleur social) :« Satisfaisant et réalisable »
L’expérience et la proximité de Xavier-Luc Duval durant son passage au ministère de l’Intégration sociale ont contribué à l’élaboration d’un budget satisfaisant et réalisable. Li finn trouv miser lepep ek linn resi mett en plas enn bidze kot bann ti dimounn na pa perdan. Une question demeure toutefois : est-ce que ces mesures seront réellement adoptées ou sommes-nous en face d’un effet d’annonce ?
Je salue la proposition du ministre pour la construction de logements sociaux, qui seront basés sur le premier modèle de village intégré comme à La Valette à Bambous. Cependant, je note avec regret que M. Duval n’ait pas songé à la création du poste de Financial Ombudsperson. Avec les prêts bancaires et les personnes surendettées dans le pays, un tel poste aurait été un soulagement pour ceux concernés.
Le ministre devra aussi veiller à ce qu’il n’y ait pas un gaspillage des fonds alloués aux différents projets. C’est un budget équilibré sur le plan social et économique.